jeudi 20 mars 2014

Trop sexu pour la CAQ


L’attachée de presse d’une députée sortante caquiste de la région de Québec a perdue son emploi plus tôt cette semaine après qu’elle ait participé à un jeu-questionnaire sur ses habitudes sexuelles à la radio.

L’attachée de presse en question, Audrey Croteau, avait elle-même appelé à la station de radio 102.1 CKOI pour participer au jeu Tatou pas de tatou durant l’émission des Justiciers masqués. Selon un article du Journal de Québec, « les auditeurs ont pu apprendre qu’elle a déjà embrassé une autre fille dans un bar, qu’elle porte des sous-vêtements rouges, qu’elle a déjà fait l’amour dans un spa, qu’elle va une fois par mois à la boutique érotique et qu’elle possède également deux jouets sexuels ».

De pareilles révélations méritaient-elles que Mme Croteau perde son emploi? Après tout, il n’y a là rien d’illégal. En aucun cas ces informations sur sa vie privée n’en font une attachée de presse moins compétente.

Certains plaident que c’est sa crédibilité qui en est affectée. Bien que l’attachée de presse ne soit pas, en tant que telle, une personnalité publique, son image est liée à celle de la députée pour qui elle travaille. L’attaché de presse de François Legault, Jean-François Del Torchio (non, il n’a pas joué dans Machete), a expliqué que Mme Croteau « a été remerciée pour son manque de jugement».

Pour vous, un pareil manque de jugement en campagne électorale mérite-t-il un renvoi? 

Source:

http://www.journaldemontreal.com/2014/03/17/une-attachee-de-la-caq-parle-de-ses-pratiques-sexuelles-a-la-radio

 

1 commentaire:

Marie-Pier Côté a dit…

Je crois que le renvoie était amplement justifié. Lorsqu'on travaille dans le domaine des communications, d'autant plus en relations publiques, il est primordial d'être conscient de l'image publique que l'on peut avoir et représenter. Non seulement la dame a divulgué des informations discutables pour sa réputation personnelle, mais elle s'est identifiée comme étant relationniste; les gens l'ont donc identifié à la CAQ et en pleine campagne électorale, c'est inacceptable. Surtout que, on ne peut se le cacher, la CAQ n'a en ce moment pas besoin de ce genre d'employé qui les fait mal paraitre.