mercredi 26 mars 2014

Les réseaux sociaux : un journal intime


Aujourd’hui, la vie privée n’existe plus. Avec l’émergence des réseaux sociaux, tout le monde peut savoir ce qu’on fait, quand on le fait et ce qu’on a l’air quand on le fait. Les gens sont tellement avides de se montrer et de se faire aimer qu’il n’ont aucune gêne à mettre toutes sortes de photos d’eux et d’indiquer à l’aide de leur ‘’status’’ l’endroit où il se trouve ou encore ce qu’ils pensent. Certains prennent très au sérieux le petit encadré vide du status qui demande à son utilisateur d’écrire ‘’ce à quoi il pense’’. Les gens s’en donnent à cœur joie et Facebook donne désormais l’impression d’être un réel journal intime. On entend parler des petits problèmes de tout le monde et les gens ne se retiennent pas non plus de commenter les profils des autres comme s’ils avaient tous les droits de juger. Les réseaux sociaux leur donnent l’impression d’être invincible, car la portée du message semble lointaine lorsque l’on a pas la personne en face de nous. Malheureusement, des outils comme Facebook peuvent être très néfaste pour des aspects importants de notre vie comme le marché du travail. En effet, les internautes sont si peu conscientisés par les conséquences que peuvent entraîner la divulgation d’un trop plein d’informations qu’ils ont parfois la surprise de se faire refuser un emploi parce que leur profil contient des choses compromettants pour leur carrière. Certains ont même perdus leur emploi après avoir tenu des propos inappropriés sur internet. Alors je me questionne à savoir : où est la place de l’éthique dans le dévoilement de notre vie privée sur internet ? Où est la limite du contenu qui est approprié de divulguer et où commence notre liberté, celle de faire ce que l’on veut et celle de dire ce qui nous chante ? Je crois que le principe de vie privée n’est plus valide dans la société d’aujourd’hui.

1 commentaire:

Malory Lepage a dit…

Je crois que la vie privée sur les réseaux sociaux correspond à la limite que l'on se pose. Le plus grand danger, selon moi, concerne les pré-adolescents, qui sont entrés dans ce monde «naturellement». Ont-ils conscience que ce qu'ils partagent aujourd'hui peut leur nuire demain ? Je ne crois pas. Pour eux, c'est tout naturel, ils ont été élevés dans la culture de la télé-réalité et des réseaux sociaux. Ils s'exposent ainsi sur Facebook, sans retenue. Je crois qu'il faut être vigilant, car cette plateforme n'a rien d'«intime», même si ce qu'on y lit peut parfois laisser penser le contraire...