mercredi 26 mars 2014

Tinder : l'avenir ou une belle illusion

Récemment une amie me parlait de Tinder, cette application pour appareils intelligents qui lui permettait de "feuilleter", flirter et rencontrer des hommes dans son entourage. 

Ce réseau de rencontres je le connais bien puisqu'il s'agit de la nouvelle tendance actuelle : qu'on l'adore ou qu'on le dénigre, la plupart d'entre nous savent de quoi il s'agit. Ainsi, je l'écoute me raconter avec beaucoup d'enthousiasme le nouvel Apollon qu'elle a déniché et avec qui elle va prendre un verre vendredi.

Pendant qu'elle me présente tout de ce dit jeune homme et son immense espoir à elle d'y voir naître une relation, je ne peux m'empêcher d'être méfiante. La plupart de mes amis de la gent masculine qui utilisent ce réseau m'affirment ouvertement ne pas espérer une relation, mais plutôt une poulette d'un soir et y voient là un grand bassin pour pêcher. Certes, il existe des exceptions, mais je ne reste pas moins sceptique que quelques photos avantageuses puissent entrainer une relation sérieuse. Peut-être suis-je "old school" ou pessimiste quant à cette nouvelle forme d'interaction, car il est bien vrai qu'un couple sur 3 aujourd'hui s'est connu via des sites de rencontre, mais je continue d'estimer et même espérer qu'il est bien meilleur de passer moins de temps devant son écran et plus à l'extérieur pour rencontrer des gens qui nous plaisent.

3 commentaires:

Jul Taz a dit…


Tinder est la représentation extrême d’une situation de plus en plus observable dans nos sociétés occidentales. On se consomme et se jette tel des objets périssables. Tinder est une machine à trier les « déchets », trop blond, trop petit, trop vieux, etc. Au final, bien qu’il s’agisse d’un réseau de rencontre, je crois que dans l’absolu, Tinder est la meilleure façon de finir seul…

Ema Zajm a dit…

Un ami m'a parlé de cette application et de son fonctionnement. J'étais un peu perplexe. Je suis en relation depuis plus de cinq ans et de voir qu'on est rendu là me fait peur.

Déjà que tout est axé sur l'apparence, cette application ne fait que l'officialiser et l'amplifier. Cette application pousse vers le non-engagement, le fameux "YOLO".

Je pense qu'autant le problème est qu'on ne vit pas notre vie assez, que les gens sont rendus déresponsabilisés. On ne veut plus prendre d'engagement au cas qu'il y ait mieux ailleurs. Il y a d'autres façons de vivre sa vie pleinement...

Guillaume Piedboeuf a dit…

J'ai tendance à être d'accord avec vous. Je dis souvent à mes nombreux amis qui utilisent l'application que cela me déprime de l'humanité. C'est la génération YOLO à son meilleur, la quête de la satisfaction instantanée, le fast-food relationnel.

Pour la petite histoire, tu as bien raison quand tu dis que tes amis gars s'en servent pour se trouver des "one night". Et ça n'a rien de surprenant, l'application est née dans les collèges américains avec exactement cette mission, créer des "one night". C'est son but premier.

Bref, je me demande quand je les regarde ce qu'est la notion d'amour en 2014. Les gens se soucient-ils encore du bonheur à long terme. Gardent- ils vraiment en tête leur bohneur à long terme. Je n’en suis pas sur, mais bon, chacun le voit différemment. N'empêche, je me dis parfois que je ne suis pas né à la bonne époque.