mercredi 26 mars 2014

La valeur du diplôme universitaire


Durant tout mon parcours universitaire, j'ai remarqué que les cours étaient souvent divisés en partie individuelle et en partie équipe. Cette division était, dans la majorité des cours, 50 % pour chacune des parties. C'est à ce demander si un titulaire d'un diplôme universitaire mérite pleinement les notes qu'il a eues durant c'est trois années de baccalauréat? En effet, un élève moyen pourrait obtenir la moitié de sa note finale en s'appuyant presque uniquement sur l'effort de ses collègues. Bien sûr, ces derniers se sentiront lésés dans cette démarche, mais l'étudiant fautif n'a souvent aucun remord à fournir moins d'effort que les autres. Il serait plus efficace, selon moi, de faire en sorte que la partie coopérative n'occupe qu'au maximum 25 % de la valeur des notes d'un cours.

2 commentaires:

Mathieu Massé a dit…

La valeur du diplôme n'a rien à voir avec les travaux d'équipe ou individuels selon moi. Il faudrait davantage se demander, avant même de se pencher sur les pourcentages de travaux fait en collégialité, sur la pertinence des cours qui sont donnés dans une formation universitaire. Je m'interroge grandement à savoir si un cours sur le journalisme de données ne serait pas plus important qu'un cour d'éthique de la communication où 95% des élèves sont sur Facebook et l'autre 5% est absent. Des cours comme Enquête par sondage ou bien argumentation qui ne valent strictement rien sur le marché qui nous accueillera dans quelque mois. Je suis outré par l'impertinence de certains professeurs, honnêtement.
Donc, avant de parler de valeur en travaux d'équipe, il faudrait parler de valeur tout court.

Alexandra Lapierre a dit…

Qu'en est-il des autres baccalauréats ? Il ne faut pas généraliser non plus. Pour avoir été dans un autre programme avant de changer pour venir en communication, j'étais dans un bac ou contrairement à ce que nous faisons il n'y avait uniquement que de la théorie et du par coeur. Encore là, on peut se demander qu'elle est la pertinence de connaître tous les théoriciens de telle ou telle autre chose... Dans tous les cas, il y aura des points faibles dans les programmes. N'en reste, je suis d'accord en partie avec Mathieu sur la pertinence de certain cours en entier... heureusement qu'ils ont renouvelé le programme, car il y a en effet quelques cours qui n'avait vraiment plus de pertinence d'être. Bref, je crois que notre diplôme a toute sa valeur et considérez le fait que lorsque vous arriverez sur le marché du travail, et surtout dans un domaine comme le nôtre, il y en aura toujours qui vont essayer de s'approprier les éloges de votre travail alors qu'eux n'auront rien faire. Life is life comme on dit...