mercredi 19 mars 2014

Maudit jeune enfant-roi !!!

Je suis le troisième d'une famille de quatre enfants. Mon plus vieux frère a maintenant 30 ans. Il a donc un peu plus de 6 ans de plus que moi. Depuis quelques années, le phénomène des enfants-rois est de plus en plus mentionné dans les médias. On l'entend également beaucoup de la bouche de monsieur et madame tout le monde. Mon frère (appelons-le Steeve pour le billet) est le premier à me le mettre sous le nez lorsque je lui fait de «l'attitude». Steeve a toujours critiqué ma génération puisque, selon lui, nous ne sommes jamais reconnaissant de ce que l'on possède, chialons toujours sur tout et n'avons pas peur de manquer de respect à autrui. Bref, pour Steeve, nous sommes de jeunes bon à rien (j'exagère peut-être un peu). Une maudite gang de jeunes enfants-rois.

Aujourd'hui, j'ai 24 ans. J'assume de moins en moins mon rôle de twentynager. J'aurai certes toujours un coeur d'enfant. C'est maintenant à mon tour de me retourner et de regarder la génération d'en dessous pour ainsi la juger d'être pire que la mienne. Dans le fond, quand on y pense, chaque génération se compare à la prochaine et se console. Je crois qu'il y aura toujours un certain sentiment de jalousie d'une génération envers la génération subséquente. Par contre, je crois tout de même que le phénomène d'enfant-roi existe. Le phénomène prend de l'ampleur parce que les parents n'élèvent plus leurs enfants de la même façon qu'auparavant.

Selon la psychologue préférée des auditeurs de Canal vie, le phénomène des enfants-rois est en réalité un phénomène de parents-valets. En effet, Dre Nadia raconte dans un article paru dans Le Soleil en juin 2010 qu'un « facteur créant ce phénomène est le désir qu'ont certains parents d'être cool, pour toutes sortes de raisons, souvent parce que leurs propres parents ont été trop sévères ». Étaient-ils réellement trop sévère?

Dans l'épisode du 5 mars dernier de Les beaux malaises, Martin Matte accueille un couple d'amis qui ont fait le choix de ne jamais dire «non» à leur enfant. La discipline n'est pas une solution pour eux. Ces derniers préfèrent parler d'adulte à adulte avec leur gamin qui s'avère une vraie peste. La portion de l'épisode est un véritable délice télévisuel. La théorie de Dre Nadia est bien ressentie dans cet épisode de la nouvelle télésérie de Martin Matte. 

(Ce kid-là mérite une bonne tape sur les foufounes)

En guise d'ouverture, je me souhaite ainsi qu'à tous les futurs parents modernes de dire «non» à nos futurs enfants. Je nous souhaite d'être à la fois des parents aimant et ferme. Envoyez-moi ça dehors et débranchez le réseau wi-fi de temps en temps. Enfin... de grâce, ne remplacez jamais une game de hockey au parc ou une sortie en raquette au chalet pour la wii fit. 

________________
http://www.lapresse.ca/le-soleil/vivre-ici/famille/201006/12/01-4289487-les-enfants-rois.php
http://www.canalvie.com/auteur/Auteur/Dre%20Nadia
http://tva.canoe.ca/emissions/lesbeauxmalaises/episodes/elever-des-enfants


2 commentaires:

Marie-Dominique Morin a dit…

Je suis d’accord avec toi sur le fait que ce phénomène découle de la manière dont les parents éduquent leurs enfants, ou devrais-je dire ne les éduquent pas assez. Oui certains pourraient dire que je critique cette génération de parents qui adoptent une nouvelle manière de faire qui ne représente en aucun cas celle utilisée par mes parents, cependant je pense que cette façon d’élever un enfant n’est pas saine. Ma mère, professeure au primaire, a elle-même constaté le phénomène. La discipline est de plus en plus dure à faire et les jeunes croient de plus en plus que tout leur est du et qu’ils n’ont rien à se faire apprendre.

Étienne Ferland a dit…


La vraie génération d’enfant roi est selon moi les baby-boomers. Pensez-y! Une génération tout entière où les gens ont tous ce qu’ils veulent très facilement, et ce non seulement pendant leur enfance, mais bien aussi à leur vie adulte. De plus, lorsque l’on dit qu’il y a des parents qui laissent tout faire à leur enfant, c’est plutôt des parents absents et des enfants en manques d’amour. Pour se conduire en roi, ça prend des serviteurs. Or, la génération des baby-boomers a bénéficié de mères à la maison qui avaient plein de temps devant eux en raison des nouvelles technologies (lave-vaisselle, aspirateur, laveuse/sécheuse, nourriture déjà préparée). Elles n’avaient rien d’autre à faire que de couver les enfants et de tout faire à leur place. Tsé faire ton ménage de chambre et aider à la maison, les baby-boomers n’ont jamais entendu cela autrement que de leur propre bouche. Aussi, ils n’ont pas vécu la misère eux, mais leurs parents si. Donc, leurs parents ont tout fait pour qu’ils soient protégés des réalités atroces qu’eux même ont vécues en les surprotégeant.

Nous ne sommes vraiment pas dans une situation aussi enviable et c’est uniquement parce que nous ne sommes pas autant à leur service qui le voudrait qu’ils nous traitent d’enfants rois.