lundi 24 mars 2014

L’uniforme scolaire


 L’uniforme scolaire est porté par des élèves du primaire et du secondaire dans plusieurs écoles dans de nombreux pays. Les couleurs et les coupes des vêtements diffèrent, mais l’utilité est la même. Chez les garçons, l’uniforme est composé d’un pantalon, d’une veste et d’une chemise, d’un polo ou d’un t-shirt. Chez les filles, il est composé d’une veste, d’un pantalon ou d’une jupe et d’un chemisier ou un t-shirt. L’uniforme permet à la direction de faire un code vestimentaire facile à suivre pour les élèves et pour les parents.

Au premier abord, si l’uniforme peut donner l’impression de faciliter la tâche à tous (direction, professeurs, parents, élèves), ce n’est pas tout le monde qui est du même avis.

Certains sont d’avis qu’en portant l’uniforme tous les élèves sont sur le même pied d’égalité et aucun élève n’est jugé sur les vêtements qu’il porte, car tous les jeunes ont les mêmes vêtements. La différence des classes sociales s’identifie surtout par l’habillement. En instaurant le port de l’uniforme, il permet ainsi d’atténuer la différence et le rejet. (Tpe uniforme, 2014).

D’autre part, « vouloir instaurer le port de l’uniforme à l’école montre peut-être une tendance à l’uniformisation globale. Les gens sont de plus en plus pareils, la différence étant mal vue » (Audet, 2010). Plusieurs croient que les jeunes doivent apprendre dès l’école à vivre avec des gens différents d’eux et de les accepter sans les juger. Donc, essayer d’uniformiser tout le monde ne serait pas la solution pour leur apprendre la vraie vie.

D'un autre côté, il y a l’opinion inverse qui est que
l’uniforme gomme seulement les différences d’apparence entre les enfants. Mais il ne nivelle en aucun cas les qualités et les richesses personnelles de chacun. Au contraire, il permet aux enfants à reconnaître la richesse de l’autre sans s’attacher à son aspect extérieur qui peut être superficiel (Tpe uniforme, 2014).

Donc, même si l’uniforme existe depuis longtemps dans plusieurs établissements scolaires, il suscite encore des débats et de nombreuses questions. Et vous, que pensez-vous de l’uniforme dans les écoles primaires et secondaires?

 Bibliographie:
Audet, Isabelle. 2010. «L’uniforme scolaire : des jeunes qui n’en veulent pas». La Presse (Montréal), 25 mai 2010.  [Consulté en ligne le 24 mars 2014].<http://blogues.lapre
sse.ca/mere/2010/05/25/luniforme-scolaire-des-jeunes-qui-nen-veulent-pas/>

 Tpe sur l’uniforme. 2014. En ligne. http://tpeuniforme.e-monsite.com/. Consulté le 24 mars 2014.


4 commentaires:

Marie-Hélène Piaud a dit…

J'ai été dans une école secondaire qui imposait l'uniforme. Je portais chaque jour les mêmes polos blancs et la jupe à plis.

Pourtant, chaque fille était tout de même différente. Certaines portaient leur jupe plus courte, d'autres avaient changé les boutons de leur polo. La personnalisation est quand même possible malgré le port de l'uniforme.

Pendant tout mon secondaire, je n'ai jamais eu à me soucier de ce qui était à la mode ou non parce qu'au final personne ne me voyait vraiment en vêtement « civil ». Alors, sans que cela l'éradique complètement, je pense que le port de l'uniforme diminue le jugement entre les élèves.

Je pense que l'on apprend à accepter la différence en étant entourée par des gens de diverses religions, cultures, mentalités, etc. Je ne pense pas que cette acceptation passe par les vêtements...



Alixia T.Deslisle a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Alixia T.Deslisle a dit…

Je suis native d’un compté en banlieue de Québec. Je ne mentionnerai pas son nom puisque je ne veux influencer personne sur leur opinion de cette petite ville de campagne. Cette ville n’est pas majoritairement peuplée de gens fortunés, au contraire, je crois que la majorité provient de familles de classe moyenne et de familles plus démunies. À nos écoles primaires et à notre école secondaire, aucun uniforme n’était obligatoire. Pourtant, je crois qu’il aurait été nécessaire d’en avoir un. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il y aurait, selon moi, eu beaucoup moins d’intimidation. Comme France le mentionnait dans ton billet de blogue, les gens se différencient la majorité du temps par leur habillement. Les enfants n’ont aucun filtre entre ce qu’ils pensent et ce qu’ils disent. S’il y avait eu des uniformes, je suis persuadée qu’il y aurait eu moins d’intimidation. On peut aussi voir la situation autrement. Je me souviens très bien que les filles et les gars les plus populaires à mon école étaient ceux qui avaient le plus de linge ou le plus de souliers. Si tout le monde avait été sur le même point d’égalité, je crois que cette division de classe se serait peut-être faite autrement. Mais personne ne peut réellement le savoir.

Étienne Ferland a dit…

Je suis moi aussi partisan du port de l’uniforme à l’école. J’ai été à l’école secondaire privée puis à une autre secondaire publique. Bien que j’ai préféré la seconde, j’ai tout de même apprécié qu’à l’école privée nous devions porter un uniforme. Il y avait moins de soucis vestimentaires et surtout les personnes venant de familles moins bien nanties ne se sentaient pas jugées.

Je ne crois pas que l’uniforme nuise à l’apprentissage de «la vraie vie» au contraire. En ayant fait abstraction pendant deux ans de la façon dont les gens s’habillent, cela a permis de plus porter attention à ce que sont les gens et non pas les juger sur ce qu’ils portent.

Je crois qu’il serait préférable que de plus en plus d’écoles secondaires publiques se dotent d’un uniforme.