vendredi 14 mars 2014

Les journalistes doivent-ils se préoccuper des conséquences de leurs reportages sur leurs sources?



Quels sont les risques que quelque chose de grave arrive aux sources interviewées par les journalistes?


Comment agir à l'égard des gens plus vulnérables?


Comment trouver un équilibre entre l'intérêt public et les conséquences possibles d'un reportage sur les sources vulnérables?



Le comité sur l'éthique de l'Association canadienne des journalistes a publié un rapport pour essayer de répondre à ces questions :  http://www.caj.ca/?p=3750

2 commentaires:

Andréane Lespérance a dit…

Effectivement, je suis persuadée qu'un journaliste doit prendre en considération ses sources lorsqu'il réalise un reportage. Peu importe le sujet. Il se doit de penser à ce qui risque d'arriver après la diffusion. Comme l'a dit Thierry Watine en conférence, un journaliste se doit d'être éthiquement responsable dans ce milieu.

Melissa Girard a dit…

Ton article me fait penser aux hypothèses qu’a faites Monsieur Watine lors de sa conférence. Par des faits concrets, il a pu nous montrer les conséquences que les propos d’un journaliste peuvent engendrer. Prenons l’exemple du drame syrien qu’il a exposé. Je suis de ces personnes qui considèrent un peu la vie en noir et blanc et le fait qu’il nous a expliqué qu’être éthiquement responsable c’était accepter que "les victimes de ce temps peuvent des fois devenir les bourreaux de demain" ( Watine, 2014). Cela m’a beaucoup fait réfléchir sur la perception de certaines situations. Je suis donc en accord sur le fait que oui il est très important que les journalistes fassent une analyse en profondeur d’une situation qui se présente à eux. En effet, comme l’a indiqué monsieur Watine, une analyse complexe et qui s’étend sur une longue durée va aider à réduire les conséquences incontrôlables qu’un journaliste pourrait produire.