lundi 10 mars 2014

Les actions de PKP ... éthique ?





Un article intéressant est paru sur le site du Journal de Québec aujourd’hui concernant le côté éthique des gestes de Pierre-Karl Péladeau.

En effet, le texte de Geneviève Lajoie aborde un sujet assez délicat entourant l’annonce de l’entrer de PKP dans la politique.  Au départ, l’entrepreneur ne voulait pas se départir de ses actions de Québécor, cependant, pour plusieurs médias il s’agit d’une décision qui va à l’encontre de ce qu’ils considèrent éthique. D’ailleurs selon les propos rapporté de Jean-Luc Lavallé : François Legault s’est dit «très inquiet» de son arrivée dans l'arène politique, redoutant une couverture inéquitable de sa campagne électorale dans les médias de Québecor.

Bien entendu, lorsqu’on écoute les nouvelles télévisées de TVA, les journalistes ne voient pas le problème éthique que cela peut poser. Cependant, je crois qu’il est important pour un parti politique de se détacher d’une entreprise de la taille de Québécor. Je crois qu’avec les évènements récents qui ont touchés la politique, le parti devraient éviter tout conflit d’intérêt.

Il y a eu dans le passé, des politiciens qui se sont départis de leurs actions afin d’éviter tout litige éthique.

Afin de calmer le jeu, monsieur Péladeau à donc décider d’attendre les indications du commissaire : « Je vais respecter la loi, le Code d’éthique et de déontologie des membres de l’Assemblée nationale, et toutes les directives qui seront énoncées par le commissaire».

Je crois que PKP aurait du vendre ses actions avant de faire son entré en politique.  Voyons voir, ce que le commissaire recommandera.

Lajoie, Genevieve. Le journal de Québec. 10 mars 2014. PKP s’engage à obéir au commissaire à l’éthique. En ligne. http://www.journaldequebec.com/2014/03/10/pkp-gardera-ses-actions-de-quebecor


Lavallé, Jean-Luc. Le Journal de Montréal.9 mars 2014. Legault demande à PKP de vendre ses actions. En ligne. http://www.journaldemontreal.com/2014/03/09/amer-legault-voulait-recruter-pkp

2 commentaires:

Maude Turcotte Lachance a dit…

Depuis l’annonce en l’entrée politique du célèbre Pierre-Karl Péladeau, je me questionne également sur le sens éthique de cette action. Ce que j’ai en tête régulièrement, c’est la notion de concentration de médias. Consciente de la grande ampleur de Quebecor dans les médias, l’entrée en politique de PKP m’apparaît comme un enjeu éthique. D’abord, il ne fait pas de doute que cet homme est attaché au nom de Quebecor. Quand je pense à PKP, évidemment je pense à Quebecor. Ensuite, ce que je garde en tête, c’est que la convergence des médias teint l’actualité. Par exemple, prenons la séparation du couple de Julie Snyder et PKP. Lorsqu’on y pense bien, on s’aperçoit vite que l’implication du couple au sein de Quebecor a fait en sorte que les médias sont rester très discret sur le sujet. Quand je compare cette situation à celle de la séparation de Guillaume Lemay-Thivièrge et Mariloup Wolfe, où les médias ont commenté à plusieurs reprises la séparation, je me dis que l’implication de PKP dans l’industrie de Quebecor y est pour quelque chose. Ainsi, en temps d’élection où les médias se doivent d’être « le chien de garde » de la démocratie, je ne peux m’empêcher d’avoir peur de ce que les médias de Quebecor diront ou plutôt, ce qu’ils ne diront pas.

Philippe Baillargeon Bouchard a dit…

La nomination de PKP au sein du PQ relève de l'opportunisme. Désireuse d'obtenir un gouvernement majoritaire, Mme Marois fait fi des assises même de son parti. D'une idéologie progressiste au temps de René Lévesque à des initiatives de droite sous le gouvernement Marois, le PQ n'a plus la même veine symbolique. L'embauche de PKP et les divers projets d'exploitation de pétrole auxquels il adhère témoignent bien de cette réalité. Rappelons-le, il y eut un jour ou le Parti Québécois faisait de l'environnement et des syndicats les fers de lance de ses campagnes électorales.