jeudi 20 mars 2014

La Suède crée la génération des « ptis cons »


Selon un article de la presse, les parents suédois auraient crées une génération d’enfants rois. En effet, le chercheur Daid Eberhard affirme que les jeunes suédois contrôlent la vie de leurs parents, en commençant par ce qu’ils mangeront en allant jusqu'où ils iront en vacances. En fait, la Suède est reconnue comme étant une pionnière en ce qui concerne la defense des enfants. De ce fait, les psychiatres qui ont encouragés cette doctrine semblent influencer grandement les parents de ce pays. En fait,  les parents n’auraient plus le droit de punir leurs enfants. Effectivement, un parent qui a envoyé son enfant dans sa chambre 20 minutes a été immédiatement trainé en cour. Ceci résulte alors en un manque de pouvoir de la part du parent, qui se fait contrôler par son enfant.


Ironiquement, le chercheur de cet article démontre que les parents suédois ne passent que très peu de temps avec leurs enfants. En effet, la majorités des bambins, se font placer à la garderie dès leur première année de vie et y restent jusqu’à leur entrée à l’école. D’autre part, le taux de divorce de ce pays est extrêmement élevé. en effet, ce dernier àa froler les 50% , l’année dernière. Par conséquent, la garde partagée rend les parents coupables et les encourga à couvrir et gâter leurs enfants pendant cette semaine. Malheureusement, élever ses enfants dans du coton ne semble pas être la meilleure solution, puisque les dernier sondage ont démontré une hausse croissante du taux de suicide chez les adolescents ainsi qu’une augmentation des troubles d’anxiete et de comportement, spécialement chez les jeunes garçons.


Selon moi, la famille n’est pas une démocratie. Il est du devoir des parents de dicter aux enfants les règles de la maison et de s’assurer qu’ils les respectent. Donner tout à nos enfants ne contribuent pas à leur bonne croissance. Effectivement, il est important de les préparer à la vraie vie, de façon à ce que ces derniers puissent survivre par eux-mêmes au moment ou ils décideront de quitter le nid familial.


http://plus.lapresse.ca/screens/4830-b058-53221f49-8249-7d2aac1c6068%7C71YG4DNShwLc

3 commentaires:

Gabriel Gauthier a dit…

Je ne comprend pas pourquoi ce titre ? N'est-ce pas un peu exagérer de nommer cette génération de «ptis cons» ? En effet, il ne faut pas trop gâter les enfants mais d'un autre côté, il faut mettre en contexte la garde partagée. Je crois qu'il ne faut pas non plus généraliser les parents suédois à tes propos. Il n'est pas facile d'éduquer des enfants lorsqu'il y a deux parents qui ne vivent pas ensemble et qui parfois même ne communiquent pas... Et j'aimerais bien savoir ce que tu veux dire par «les préparer à vraie vie» ?

Valérie Denuzière a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Valérie Denuzière a dit…

Je crois que ce qu'elle veut dire c'est que donner tout cuit dans la bouche de ses enfants ne leur donnera pas des ailes. Cette expression bien connue veut simplement dire qu'en faisant tous les caprices de leurs enfants, les parents se trompent : ils ne leur facilitent pas la vie, non, ils la leur complique. Pourquoi? Ben, ils vont faire quoi ces enfants-là si du jour au lendemain leurs parents mourraient? (cas extrême mais plausible). Et bien ils ne sauraient pas se débrouiller. Ils ne sauraient pas cuisiner, faire leur épicerie, faire le ménage, payer les comptes, travailler ou gérer leur argent. Je connais des gens qui habitent encore chez leurs parents à 25 ans, et ce n'est pas ce que je reproche, ce que je reproche c'est que ces personnes (j'en connais) se font faire encore leurs lunchs, leur lessive, leur ménage etc. par leurs parents. Soit ils ne sont pas capable de se débrouiller ou ce n'est qu'une question de lacheté, mais la vérité est que les parents doivent très tôt apprendre à leurs enfants de participer aux tâches, de faire eux-mêmes leur lessive, ménage, ramasser leur argent en travaillant etc. C'est par là «les préparer à la vraie vie». Leur apprendre comment est la vie sans l'aide des parents.

D'autre part, je crois que les règles de la société suédoise ne facilitent pas la situation.

Je comprends le contexte de la garde partagée, que les parents se sentent coupables d'affecter leurs enfants par leur divorce, mais encore une fois, faire tous leurs caprices ou volontés ne les aidera pas pour es raisons que j'ai mentionnées plus tôt. Encore là, c'est mon avis personnel selon mon éducation.