lundi 24 mars 2014

La société québécoise; drôle de spécimen

Ces temps-ci, j'ai l'impression de vivre dans un autre monde. Cette impression, je la vis souvent. En fait, je la vis chaque fois qu'un réseau propose une nouvelle saison de télé-réalités.

«As-tu écouté la Voix en fin de semaine?» me demandent ma collègue de travail, ma patronne, ma camarade de classe, mon client et ma grand-mère. «Non» que je réponds. «Ah...En tout cas, t'aurais dû. La performance de Janette était vraiment impressionnante, je l'aime d'amour cette Janette». «Je m'en fous» que je réponds, dans ma tête cette fois pour pas insulter personne. Je la connais pas Janette, elle a surement beaucoup de talent et si c'est le cas je lui souhaite une belle carrière, mais je m'en fous. Je me fous encore plus de Jessica et Alexandre qui se sont embrassés dans la maison de l'amour à Occupation double. 

Comme tout le monde, j'imagine, j'ai déjà écouté ces émissions et puis, il y a quelques années, pendant que j'écoutais un épisode d'Occupation double, j'ai eu une pensée qui fait qu'aujourd'hui j'ai souvent l'impression d'être à part. Cette pensée, c'était: «Mon dieu que c'est insignifiant, je pourrais tellement être entrain de faire quelque chose de plus intelligent». J'ai fermé la télé et puis ce fut tout.

Je garderai pour moi mes réflexions sur la soif d'attention et de popularité facile qu'ont les participants de ces émissions et me concentrerai plutôt sur ceux qui les écoutent. Je sais bien que ça peut être divertissant, mais vraiment, vous n'avez rien d'autre à faire de vos dimanches soirs? Vous n'avez pas un livre à lire? Une grand-mère à visiter? Un bon repas à manger? Une amitié à mettre à jour? Un besoin d'apprendre quelque chose de nouveau?

En fait ce phénomène s'emboite dans plusieurs qui me dérangent avec la société québécoise qui est de plus en plus passive et qui ne va plus voter aux élections, mais qui est toujours présente pour voter pour son candidat préféré et ainsi le sauver de l'élimination...

3 commentaires:

Katherine Bedard a dit…

Je comprend parfaitement ton inquiétude, par contre rassure-toi, ce n'est pas qu'un phénomène Québécois. En fait chaque culture à son « dada » et certains peuvent nous sembler plus étranges que d'autres. Certains pays d'Asie vont regarder des combats de coq le dimanche soirs, d'autre iront jouer à la loterie avec des amis, d'autres iront voir des rodéos. Après avoir passé l'été en Chine dans une famille, j'ai réalisé que la voix et occupations doubles n'étaient pas si mal. Ma mère de famille regardait tous les soirs une émission extrêmement populaire. Le but de cette emission était d'introduire un journaliste dans une chicane de couple, parfois très importante et même très violente. Il interagissant entre les 2 et tentait de régler la situation. Ils ne cachaient absolument rien. La vie de couple de ses citoyens était exposé au grand jour sans leur consentement. Ce genre d'émissions peut alors mener à de très grands problèmes moraux et sociaux, que je crois beaucoup plus important que la voix et occupation double

Valérie Denuzière a dit…

Je comprends entièrement que ce genre d'émission est futile contrairement aux émissions d'affaires publiques ou d'actualité, mais il reste que c'est un moyen de divertissement comme un autre ! Pour ma part, je trouve souvent ces émissions pathétiques (Occupation Double), mais d'un autre côté, je me dis que si autant de gens les écoutent après tant de saisons, il doit y avoir qqch de captivant. Je trouve que ça reflète un peu notre société curieuse, « voyeuriste », que de voir des individus dans leur vie de tous les jours. Je crois que cette curiosité fait des gens des téléspectateurs fidèles de ce type d'émission. Ce « voyeurisme » qui nous pousse à vouloir s'introduire dans la vie des gens dans les moindres détails fait le succès de ces émissions. Personnellement, je n'adhère pas du tout aux télé-réalités, mais je peux comprendre que, pour les raisons que j'ai nommées plus tôt, certaines personnes leur trouvent quelque chose de divertissant !

Marie-Pier Côté a dit…

Je comprends vos deux commentaires et je sais que la situation est surement pire ailleurs. En fait, c'est la société de facilité dans laquelle nous vivons qui mène à ce genre de phénomène. Facile pour les concurrents de devenir célèbre et facile pour les spectateurs de se divertir.