lundi 24 mars 2014

La CADEUL responsable de 60 licenciements?

Comme la plupart d'entre vous le savez sûrement déjà, la CADEUL a officiellement obtenu le contrat de gestion des concessions alimentaires du pavillon Desjardins-Pollack de l'Université Laval la semaine dernière. Elle a ainsi mené à terme avec succès le projet Cuisine Campus, déjà en branle depuis plus d'un an, qui leur permettra d'offrir un service de cafétéria géré par les étudiants dès le 1er juin prochain. Si l'association étudiante se réjouit de la tournure des événements, c'est tout le contraire chez Laliberté, le gestionnaire actuel. Comme le décrit Baptiste Ricard-Châtelain du quotidien Le Soleil, une soixantaine d'employés risquent de perdre leur emploi (http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201403/19/01-4749222-le-transfert-de-la-cafeteria-a-la-cadeul-entraine-60-mises-a-pied.php).

2 éléments à considérer au point de vue éthique.

De 1, l'Université Laval a bel et bien accordé le contrat à la CADEUL sans appel d'offres. Est-ce problématique? À mon avis pas vraiment. Cuisine Campus s'inscrit dans la démarche de développement durable qu'a entreprise l'institution plus que Laliberté n'aurait pu le faire. S'ils n'ont pas pris la peine de recevoir leur plan d'affaires pour les cinq prochaines années (la durée du contrat), c'est que les administrateurs en avaient assez vu du gestionnaire externe.

De 2, le conseiller syndical Éric-Jan Zubrzycki "fulmine" à l'idée que la CADEUL ne réengage pas ces salariés d'expérience, mais est-ce vraiment le problème de la CADEUL? Ils ont clairement indiqué vouloir faire de Cuisine Campus un projet 100% étudiant, et malgré qu'elle est le "pire employeur" selon Zubrzycki, l'association gère avec succès le Pub universitaire, le dépanneur Chez Alphonse et les cafés Équilibre. L'Université n'a pas inclus de clause de transfert de personnel, donc la CADEUL n'est pas légalement tenue d'engager les employés actuels, bien qu'elle pourrait le faire dépendamment du processus d'embauche... Il convient de mentionner également que Laliberté n'a pas été en mesure de les relocaliser dans l'une de ses nombreuses succursales.

Vous, croyez-vous que la CADEUL ou que l'Université Laval a mal agi?

1 commentaire:

Francois-Olivier Marquis a dit…

Ça faisait déjà quelques temps que le projet Cuisine Campus était sur la liste des "choses à faire" de la CADEUL. Je n'ai donc pas été surpris lorsque j'ai lu la nouvelle.

Je dois avouer que les pertes d'emplois chez Laliberté ne m'ont pas outré. Je ne suis pas sans coeur, je suis réaliste.

Je ne suis pas dans les secrets des dieux, mais j'ose croire que la CADEUL a fait ressortir les pours et les contres du projet Cuisine Campus avant de le proposer officiellement.

Ces 60 licenciements sont définitivement injustes. Cependant, c'est le prix à payer pour avoir un changement qui, je l'espère, sera positif pour la communauté universitaire.