dimanche 23 mars 2014

Encore une preuve que l’amour rend aveugle


Cette semaine dans les médias, on a pu lire l’histoire d’un homme s’étant fait berné par sa conjointe. En effet, celle-ci lui a fait croire pendant plusieurs mois qu’elle était enceinte non pas d’un, mais de cinq bébés. C’est le jour prévu de l’accouchement, à l’hôpital qu’il a appris que tout n’était qu’un mensonge.

Travaillant à l’hôpital, la femme allait seule à ses rendez-vous. Son mari ne s’est jamais douté de rien. Celle-ci avait tous les symptômes d’une femme enceinte. En fait, un phénomène connu, mais rare s’est produit. La femme s’est convaincue elle même qu’elle était enceinte. Son corps l’a seulement écouté et réagit en conséquence (Laurin-Desjardins. 2014 : En ligne). Cela prouve encore une fois que l’esprit est plus fort qu’on ne peut se l’imaginer.

Plusieurs utilisateurs des médias sociaux ont critiqué l’homme en question sur le fait qu’il était crédule et qu’il aurait dû voir les choses venir. Pour ma part, je reste perplexe par rapport à tout ça, mais je pense tout de même que ça aurait pu arriver à bien d’autres personnes. Lorsqu’on aime quelqu’un, on lui fait confiance. On peut parfois se demander si l’autre nous ment, mais sur un enjeu aussi important que la naissance d’enfants je ne crois pas. Il faut une personne malicieuse, même pire, pour faire une telle chose.

Je ne trouve pas le mot pour décrire cette situation, mais je continue de croire que l’homme était sur un nuage et même si des signes mensongers sont venus jusqu’à lui, ils ont certainement été cachés par ce même nuage. Il nous arrive tous de nier des choses afin d’éviter une dissonance cognitive. Par contre, dans certains cas les conséquences peuvent être plus importantes que dans d’autres.

Croyez-vous qu’un tel mensonge devrait être condamnable ?



Bibliographie

Laurin-Desjardins, Camille. 19 mars 2014. «De faux quintuplés : Un homme berné par sa conjointe». Journal de Montréal. En ligne. http://www.journaldemontreal.com/2014/03/19/de-faux-quintuples--un-homme-berne-par-sa-conjointe. Consulté le 21 mars 2014.

2 commentaires:

Laetitia Dupouy a dit…


D'après moi, je ne pense pas que l'acte de la femme devrait être condamnable. Il est certain qu'elle souffre de problème psychologique pour agir ainsi et pour réussir à faire des changements à son corps. Elle a cru à une vérité qui n'était pas la réalité (pour reprendre le cours)

Par contre du point de vu du mari, je trouve que les gens sont injustes. Comme tu dis, ça aurait pu arriver à n'importe qui. Il croyait sa femme parce qu'il l'aimait.
Combien de femmes sont enceintes et le remarquent seulement dans les derniers mois de grossesse, voir même un peu avant l'accouchement? Dans ce cas, ni la femme, ni le mari remarquent le changement! En quoi cette situation est mieux.
Ici au contraire, il y avait un changement physique.

Marie-Hélène Piaud a dit…

Cette histoire me rend mal à l'aise. Je n’arrive pas à décider pour lequel des deux protagonistes je me sens le plus mal…

Les médias ont sauté sur l’occasion de propager cette nouvelle sensationnaliste sans penser à l’éthique journalistique requise pour traiter ce type d’information. Dans les radios, les animateurs demandaient d’appeler pour commenter la nouvelle et les médias sociaux se sont enflammés avec des commentaires plus ou moins acceptables au sujet de cette femme. Mais, au final, cette femme, personne ne la connaît. Elle semble avoir un problème psychologique et la lapider ainsi sur la place publique, je trouve ça simplement triste… Savoir que tout le Québec en entier te traite de tous les noms, ce n’est rien pour améliorer sa situation. Elle a visiblement besoin d’aide, pas seulement de jugement et de haine.

Je ne dis pas qu’elle n’a rien à se reprocher et loin de moi l’idée de la défendre… Toutefois, je pense que les médias ont vraiment manqué d’éthique avec cette nouvelle.