dimanche 23 mars 2014

Pourboire ?


Il y a plusieurs métiers qui nécessitent que nous laissions du pourboire. Le pourboire commente réellement notre satisfaction envers le service. Ma  fameuse question est quand, doit-on laisser du pourboire ?  Je vous dirais que je suis un peu confuse envers certains services.  Lorsque l’on parle de pourboire nous fessons souvent référence à la restauration où les employés ont un salaire généralement plus bas, mais qui reçoivent cependant un certain pourcentage de la facture en revenus comme témoignage de notre gratification. Par contre, doit-on laisser du pourboire au pompiste, esthéticienne, ostéopathe, Etc. Quelles sont les règles en la matière? Lorsque j’ai un doute, je laisse une certaine somme, mais suis-je fautive si je n’en laisse pas? Si je donne un revenu supplémentaire à chaque fois, ces employés développeront une habitude et voudront la même chose des autres clients.

De plus, lors de ma visite en France, j’ai remarqué que les pourboires sont déjà inclus dans la facture. Mon avis est partagé en la matière. J’ai reçu d’excellents services dans un restaurant et cela méritait amplement le montant exigé sur la facture. Par contre, dans un autre, le service était de piètre qualité, nous  avons attendu longuement entre les services qui étaient somme toute assez dispendieux. De plus, le serveur nous a servis en anglais lorsqu’il parlait très bien français. Mon malaise est survenu lorsque j’ai dû payer mon dû qui incluait un bon  pourboire pour le service. Comme le service fût très médiocre, j’aurais aimé pouvoir montrer mon mécontentement. 
Au Québec, lorsque le service est très faible, les gens peuvent laisser moins de pourboire pour désigner leur insatisfaction. Lors de mon voyage, nous ne pouvions pas laisser moins. Je crois que le fait que les employés doivent travailler plus fort pour avoir de très bons pourboires aide  à avoir un meilleur service pour les consommateurs. Lors de mon voyage, le service était déjà inclus dans le prix et les employés se  sentaient moins concernés par la satisfaction des clients, donc le service était moins important pour eux, à mon avis. 

6 commentaires:

Vanessa Picotte a dit…

Cette manière de faire où est-ce qu’il y a déjà un pourboire inclus est une manière de faire qui est aussi répandue dans plusieurs établissements hôteliers au Québec. La plupart des établissements hôteliers ayant une forte clientèle européenne utilisent cette manière de faire pour avantager les serveurs, puisque les Européens sont habitués de fonctionner avec une facture incluant déjà un pourboire et oublient souvent de donner un pourboire lorsque celui-ci n’est pas inclus.

Pour moi, donner entre 13 % et 15 % de pourboire est obligatoire, à moins que le service soit vraiment médiocre. Par contre, si le service est excellent le pourboire peut augmenter jusqu’à environ 20 %. Il faut bien comprendre que le pourboire est le salaire du serveur. Est-ce que le salaire de votre coiffeuse est diminué lorsque vos cheveux ne sont pas à votre goût? Est-ce que la paie du médecin est diminuée lorsqu’il vous fait attendre 10 heures dans la salle d’attente? Certainement que le pourboire va au mérite, mais il y a une limite à ne pas dépasser en tant que client.

Concernant la question, à qui doit-on laisser du pourboire? Le pourboire est une récompense, un surplus pour les métiers qui ne sont pas considérés à pourboire. Il ne faut pas se sentir mal de ne pas en laisser, mais si le professionnel nous à donner un bon service et que l’envie nous prend de lui laisser un surplus salarial, pourquoi pas? C’est une marque de reconnaissance et de bons services. Par contre, aucun professionnel n’est en droit de vous imposer de lui laisser un pourboire ou de vous faire sentir coupable.

Valérie Denuzière a dit…

Pour ma part, je vais donner mon point de vu sur le «à qui» doit-on en donner. Trop souvent je suis allée dans des endroits où le terminal Interac me demandait au tout début de l'opération si je voulais donner du pourboire ou non. Sans mentionner que quelque fois l'option « non » n'était pas affichée et que je devais entrer 0.00 si je ne voulais pas en laisser. Je trouve que cette méthode est très stratégique pour les entreprises pour nous faire sentir mal ou « cheap ». Je dois mentionner que ce sont des endroits comme des comptoirs à crème glacée, des comptoirs de resto ou autres endroits comme ça qui ne nécessitent pas les fonctions de serveur ou serveuse payés à moins du salaire minimum avec pourboire en sus. Non, ce sont des endroits où les gens qui y travaillent sont payés pour rendre ces services à un salaire minimum ou supérieur. Donc, je vais avec la logique que la personne au comptoir de crème glacée qui me sert une crème glacée, je n'ai pas à lui laisser de pourboire, car sa fonction est de servir la crème glacée. Toutefois, si le service est au-delà de mes attentes, là j'en laisse. Mais pourquoi le terminal Interac me demande d'en laisser ou non? Dans les restaurants, je comprends. Mais là, je trouve que c'est une façon détournée de nous « obliger » à en donner un, ou nous rappeler d'en donner un.

Je ne suis pas de cet avis par contre pour ce qui est de cette technique utilisée dans les restaurants, où les serveurs/serveuses, comme l'a dit Vanessa, le pourboire fait partie de leurs revenus étant donné leur salaire sous le salaire minimum.

Katherine Bédard a dit…

J'ai justement entendu à la radio dernièrement et que les gens donnaient de moins en moins de tips. La principale raison est que les gens on de moins en moins les moyens. Par contre, ayant moi-même été serveuse, je crois que si quelqu'un n'a pas les moyens de donner le tip qui revient au serveur pour le service, il n'a probablement pas les moyens de s'offrir un repas au restaurant tout cours. En effet, selon moi, lorsque nous allons au restaurant, nous devons compter que le prix affiché n'inclut pas le service, mais que nous devrons le payer au même titre que les taxes. Comment mentionné plus haut, le serveur est payé en dessous du salaire minimum, puisqu'il a droit au pourboire, si on ne lui en donne pas, il vient de réduire considérablement son salaire.

Aly a dit…

Depuis maintenant presque 4 ans, je travaille en restauration en tant que serveuse. J’ai travaillé à plusieurs endroits différents et à chaque endroit le pourboire était donné différemment. Je vous explique. Je travaille actuellement dans un petit bistro où le pourboire que je reçois est totalement au choix du client. J’ai aussi travaillé, il y a deux étés, dans un club de Golf à Québec, où le pourboire était inclus automatiquement sur chaque facture, 12% pour être plus précise. Si j’avais à choisir entre ces deux fonctionnements, je choisirais certainement celui où le client laisse ce qu’il veut. Il arrive parfois que le client laisse un pourboire inférieur à 12%, et ce, pas nécessairement parce que la serveuse lui a donné un mauvais service. Toutefois la majorité du temps, les gens laissent entre 15% et 20% ce qui compense pour les pourboires inférieurs. Si je reviens au 12% automatique sur les factures du golf, il peut être vu comme un avantage puisque nous avons du pourboire assuré, mais selon moi, c’est plutôt un désavantage. Les clients ne savent pas nécessairement que le pourboire déjà inclus est de 12%, il peut penser que c’est le 15% habituel. Il était délicat de leur mentionner alors nous recevions seulement 12% sur chacune des factures. Le 12% était applicable à tout, et même si la personne prenait seulement une limonade à 2,00$. Si vous faites le calcul vous comprendrez que nous ne sortions pas riche après notre journée de travail. Il est certain que le pourboire doit être donné selon le service reçu, toutefois il y a certaines limites comme le disait Vanessa dans son commentaire. Nous sommes payés à salaire pourboire et nous avons donc besoin du pourboire pour compléter notre salaire. Soyez vigilant sur les factures où le pourboire est automatiquement ajouté.

Stéphanie St-Louis a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Stéphanie St-Louis a dit…

Dans les faits, au Québec, 8% du montant total de la vente de nourriture et d'alcool sont imposés au serveur/à la serveuse. Ceci étant dit, si une facture est de 100$ par exemple, et qu'un consommateur ne laisse rien en pourboire, 8$ sera tout de même imposable.

Étant moi-même serveuse, dans un tel cas je me trouve donc à payer pour travailler. Il est «coutume» au Québec de laisser l'équivalent des taxes, soit 15%, aux gens qui ont un salaire à pourboire. De mon expérience, la plupart des gens respectent cette coutume. On peut aussi observer quelques tendances générales: les Américains laissent 20%, et les Français ne se sentent pas du tout concernés (0%).

Personnellement, lorsque je sers une table d'Européens par exemple, j'inclus le service (15% avant taxe), et je leur explique qu'ils n'ont ainsi pas à faire le calcul. La plupart sont enchantés, certains le demandent même. Pour les autres, libre à eux de donner le pourcentage qui leur convient, en-haut de 8%. Si le montant du pourboire fait moins de 8%, je ne me gêne pas pour le dire, en leur demandant par exemple s'ils ont eu un problème avec le service. J'ai néanmoins souvent été témoin de situations dans lesquelles un serveur/une serveuse incluait le pourboire, sans avertir le client, qui alors ajoutait 15% au montant de la facture, ce qui faisait près de 30% de pourboire pour une table. Très peu éthique, j'en conclus. Vérifiez toujours votre facture!

Pour revenir à ce qui a été dit sur la «performance», je confirme que personnellement plus le montant de la facture est élevé, plus je fais d'efforts pour le service. Dans un autre ordre d'idée, plus les gens sont sympathiques, plus je fais d'efforts pour le service aussi, c'est donnant-donnant. Ce n'est pas l'idéal, j'en conviens. Je ne ferais pas ce métier si le salaire était fixe, s'il n'y avait pas le petit «plus». On voit tellement de gens différents, tellement de comportements différents, ce n'est pas un métier évident!