mercredi 26 mars 2014

Louis Cyr, le plus fort ?


Je n’ai pas écouté la soirée des Jutra, ce dimanche. Pourquoi ? Parce que l’issue du gala était aussi prévisible que la date de Noël. Personnellement, j’ai vu plusieurs des films en nominations. Certains étaient très bons, d’autres m’ont moins plus. Cependant, chacun de ces films avait une qualité à défendre lors de cette soirée. Évidemment, les films Louis Cyr et Gabrielle étaient très bons, eux aussi. Cependant, je trouve tout à fait navrant que la cérémonie du cinéma québécois se borne à ne récompenser qu’une minuscule parcelle des productions de l’année, offrant systématiquement l’entièreté de ses prix à un ou deux films différents.

La soirée des Jutra cherche à récompenser le cinéma d’ici, à populariser nos productions locales et à inciter le public à s’intéresser à son septième art. Malheureusement, offrir tous les prix à une minuscule sélection de films fait que le gala rate complètement sa cible. Bien sûr, Louis Cyr était un excellent film, mais il m’est impossible de croire que c’était effectivement le meilleur dans chacune des catégories. Le même phénomène se produit presque chaque année, une seule production raflant à chaque fois la presque totalité des prix. Par exemple, Incendie avait récolté pas moins de 9 prix, Monsieur Lazhar, lui, en avait eu 7, et Rebelle, l’année suivante, en avait raflé 8.

Les retombées positives du gala sur le public seront minimes. Les spectateurs qui chercheront à visionner les films gagnants de la soirée ne sont pas invités à apprécier la diversité du cinéma d’ici. En fait, les Jutra se bornant chaque année à récompenser le film le plus populaire de l’année, la majorité de ce public consommateur des Jutra n’a fort probablement vu qu’un seul film québécois, cette année, et ce film risque d’être Louis Cyr.

1 commentaire:

Mathieu Massé a dit…

Je trouve ta publication intéressante parce que je suis bien d'accord. Je lisais sur Métro récemment que les Québécois avaient un type de film en particulier... ou plusieurs.
Les comédies, parce que les Québécois, ils aiment bien ça rire, surtout d'eux-même. Les films à «gros budget» (5 millions et plus), parce qu'on aime DONC BIEN ça montrer au monde qu'on est «big shot». Et des films avec Rémi Girard ou Michel Côté. Parce qu'il sont juste ben bon pis que ce sont des «success magnets».
Je te met ici l'infographie du Métro qui m'a bien fait rire...
http://journalmetro.com/opinions/infos-graphiques/466157/les-films-que-le-monde-veut-voir/