dimanche 16 février 2014

Un chat pour la Saint-Valentin !



Pas d’idée de cadeau pour votre douce moitié? Eh bien, offrez-lui donc un de nos chats en promotion aujourd’hui seulement! Voilà ce que laisse transparaître la stratégie dont s’est dotée la SPCA à l’occasion de la Saint-Valentin, hier. En effet, la SPCA offrait une promotion plutôt controversée, laquelle proposait la possibilité d’acheter un chat stérilisé et vacciné pour 50 $ au lieu de 135 $, et ce, le 14 février seulement.

Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve cette stratégie absurde, voire choquante. Je trouve absolument aberrant de prendre des animaux pour de la marchandise. On ne parle pas ici d’un objet en promotion qu’on achète sur un coup de tête et qui va rester dans notre garde-robe ou qui va finir à la poubelle lorsqu’on ne l’utilisera plus. On parle ici d’un animal, un être vivant qui aura besoin qu’on le nourrisse, qu’on le divertisse, qu’on s’occupe de lui, mais surtout, qu’on l’aime. Quand on adopte un animal, c’est pour la vie. Ce n’est pas sur le coup du moment. Ce n’est pas parce qu’il est en promotion aujourd’hui et qu’il faut se dépêcher à en acheter un. Oui, je comprends que les animaux réfugiés à la SPCA ont besoin d’une famille d’adoption, mais s.v.p, pas n’importe laquelle! Offrir un chat en cadeau pour moi c’est inacceptable. Premièrement, qui vous dit que la personne à qui vous l’offrez en veut réellement un? Qui vous dit que cette personne aura du temps pour s’en occuper, mais surtout, si elle va bien s’en occuper? On ne peut pas se « débarrasser » d’un animal comme on le ferait avec une télé, par exemple. Adopter un animal, c’est avoir pris une décision réfléchie. C’est y avoir pensé longtemps. C’est avoir pensé à tous les points positifs et négatifs que cette adoption peut engendrer. Ce n’est aucunement à l’occasion d’une promotion qui vous suggère d’acheter l’animal à moitié prix pendant une journée seulement !

Cela dit, je serais curieuse de savoir combien de chats ont été vendus, et combien vont retourner à la SPCA d’ici quelques mois. C’est absolument insensé comme campagne, et j’espère que la SPCA va revisiter ses stratégies de marketing. Et vous, qu’en pensez-vous?


Source :

Blais, Annabelle. 2014. « La SPCA défend sa stratégie pour la Saint-Valentin ». La Presse. En ligne. 16 février. http://www.lapresse.ca/vivre/animaux/201402/16/01-4739356-la-spca-defend-sa-strategie-pour-la-saint-valentin.php. Consulté le 16 février 2014.

8 commentaires:

Benoit Bigué a dit…

Je n'adhère pas du tout à ton opinion. Je crois qu’au contraire, la SPCA doit faire ce genre de publicité. Le fait est bien connu, les gens ne veulent pas d’animaux de seconde main. On veut son petit minou neuf, tout droit sorti de l’usine.


[citation] « Je trouve absolument aberrant de prendre des animaux pour de la marchandise. On ne parle pas ici d’un objet en promotion qu’on achète sur un coup de tête et qui va rester dans notre garde-robe ou qui va finir à la poubelle lorsqu’on ne l’utilisera plus. On parle ici d’un animal, un être vivant qui aura besoin qu’on le nourrisse, qu’on le divertisse, qu’on s’occupe de lui, mais surtout, qu’on l’aime. »



D’abord, que l’on veuille ou non, il y a toujours un prix associé à l’adoption d’un animal. Par exemple, les gens vont dans des chenils et «deal» pour le montant total qu’ils débourseront pour ramener un chien à la maison. L’animal, quoique vivant et bien attachant, a lui aussi un prix dans cette société de consommation. Dans sa publicité, la SPCA propose un forfait clé en main où les futurs propriétaires n’ont qu’à acheter le chat (maintenant à bas prix) et l’amener vivre chez eux. Je suis persuadé que le coût des services après vente (stérilisation, vaccination, etc) forme un lot d'arguments suffisants pour contrer les points négatifs de l’adoption à la SPCA (le chat a plus de 6 mois). Que l’on veuille ou non, tous magasinent leur animal. Même si quelqu’un veut absolument obtenir un chat gratuit, il va regarder des photos sur Kijiji et choisir celui qui semble le plus attrayant. Encore une fois, on assiste à une jolie session de magasinage.

Ensuite, lorsque tu dis que les gens n’adoptent pas un animal sur un coup de tête, je crois aussi que c’est faux. La plupart des familles se dotent d’un animal de compagnie parce que les enfants font une pression immense sur les parents. Combien de fois peut-on entendre des enfants s'exclamer: « Ohh, papa, je veux un chat. Regarde comment il est cuuuuuuuuuuute. SVP SVP SVP SVP j’en veux unnnnn!!!!!!!!!!!! » On assiste ici à l'apogée du coup de tête.

Enfin, pour en revenir à la publicité, elle n’incite pas explicitement les gens à acheter sur un coup de tête. Elle propose plutôt aux gens désireux d’obtenir un chat qu’il est maintenant le bon temps. La SPCA a une offre intéressante à leur proposer. Je crois que la SPCA doit justement opter pour ce type de promotion puisque malheureusement, trop de gens tournent le dos à l’organisme. En allant adopter ailleurs, on encourage à augmenter l’offre du marché. Malheureusement, bien de ces animaux ne trouveront jamais preneur et mourront seuls.

Valérie Denuzière a dit…

Je crois que tu n'as pas bien saisi mon point. Je sais très bien que les animaux doivent avoir un prix pour qu'on les achète. Là n'est pas la question et absolument pas le point dont j'amenais dans mon billet.

« Ensuite, lorsque tu dis que les gens n’adoptent pas un animal sur un coup de tête, je crois aussi que c’est faux. La plupart des familles se dotent d’un animal de compagnie parce que les enfants font une pression immense sur les parents. » Je n'ai ABSOLUMENT pas dis que les gens ne faisaient pas ça !! J'ai dis « Quand on adopte un animal, c’est pour la vie. Ce n’est pas sur le coup du moment » du sens que dans le meilleur des mondes, c'est en prenant une bonne réflexion qu'on devrait acheter un animal, je n'ai pas dit que les gens n'achetaient pas sur un coup de tête, il faut lire entre les lignes!

« Enfin, pour en revenir à la publicité, elle n’incite pas explicitement les gens à acheter sur un coup de tête. » Ah non? J'aimerais bien voir les chiffres des ventes d'hier. Ça m'étonnerait que les gens ont décidé ça plusieurs semaines d'avance étant donné que l'offre a été publiée quelques jours avant.

Je ne suis pas contre la promotion, loin de là, mon point c'était LA seule journée pour en profiter ! Comme s'il fallait se dépêcher pour ne pas rater l'occasion d'acheter un animal. Ne trouves-tu vraiment pas cette stratégie qu'elle pousse à un achat impulsif?

« Que l’on veuille ou non, tous magasinent leur animal. Même si quelqu’un veut absolument obtenir un chat gratuit, il va regarder des photos sur Kijiji et choisir celui qui semble le plus attrayant ». Oui, peut-être, et encore une fois ce n'est pas mon point. La personne qui magasine son chat a probablement réfléchi avant, elle le magasine ! Moi j'ai vu sur Facebook des commentaires des gens du genre " Wow ça donne envie ! " ou " Un beau toutou pour la St-Valentin" vraiment ?? Me fiant aux commentaires sur les réseaux sociaux, j'ai plus vu de probabilité d'achat sur "coup de tête" que d'achat réfléchi.

Audréane Lafond a dit…

À mon tour, je dois avouer que je ne suis pas en accord avec tes propos.

Avec tout mon respect, je crois que s’indigner contre cette publicité du 14 février, c’est reprocher à la SPCA de vouloir mener à bien sa mission première ; sauver des animaux de l’euthanasie ou d’une existence médiocre.

Les animaux ne sont pas une marchandise, ne doivent pas être vu comme tel, cela va de soi.
Par contre, en rien le budget qu’une famille adoptive souhaite investir dans l’achat de son animal n’est proportionnel avec l’amour et les bons soins qu’elle peut lui prodiguer par la suite.

Souhaitons en fait que l’organisme ait réussi à attirer l’attention des potentiels acheteurs de chatons en exposant un argument qui s’applique à toutes les sauces ; l’économie d’argent.
De cette façon, on peut même espérer que cela fonctionne au point de faire pression sur le « réflexe populaire » de fréquentation des grandes chaines d’animalerie. Quelques achats de moins ne peuvent qu’être un pas de plus vers la diminution du nombre d’usine à chiens et à chats.

Si l’on pousse la réflexion un peu plus loin, je suis d’avis que le véritable travail doit se faire au moment de la visite sur place de l’acheteur. S’il envisage acheter un animal, c’est son choix et il a fort à parier que s’il ne le prend pas à la SPCA, il ira le chercher ailleurs, de toute façon.

Ainsi, en plus d’aviser la clientèle des avantages de choisir son nouveau compagnon à la SPCA, pourquoi ne pas lui rappeler les implications que cela sous-entend? Fidéliser et responsabiliser la bonne clientèle et dissuader les autres, simplement. De plus, serait-il exagérer d’envisager mettre sur pied un certain système de suivi, ou la nouvelle famille est appelé après deux semaines, par exemple, pour prendre des nouvelles de la relation et fournir des astuces, au besoin?

Ce sont des idées, comme ça.

De toute façon, une telle publicité cible-t-elle vraiment une clientèle d’hommes (entre autre) en désespoir de trouver un cadeau de saint-valentin dernière minute pour leur copine (qui n’en prendra PEUT-ÊTRE pas soins par la suite) ou les individus déjà en réflexion d’achat d’un animal?

Dans tout les cas, il y a des exceptions, bien sur …

Ce qui est certaine c’est que, franchement, les gars … Un « je t’aime » bien placé restera toujours aussi doux qu’un minet, en solde ou pas.

Valérie Denuzière a dit…

je comprends ton point, mais je ne comprends pas en quoi il vient rejoindre mes propos cependant... Je n'ai absolument rien contre la SPCA, au contraire ! Je trouve que son existence est essentielle dans notre société. Je ne vois pas du tout pourquoi je serais contre.

Je parlais plutôt de la publicité qui incitait à un achat impulsif. Veuillez lire s.v.p comme il faut mes propos, je trouve vraiment dommage de dériver du sujet à passer de campagne publicitaire à la mission de la SPCA et son rôle , dont il n'en est absolument pas question dans ce billet.

Valérie Denuzière a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Valérie Denuzière a dit…

« Avec tout mon respect, je crois que s’indigner contre cette publicité du 14 février, c’est reprocher à la SPCA de vouloir mener à bien sa mission première ; sauver des animaux de l’euthanasie ou d’une existence médiocre. »

J'oubliais de revenir sur ce point que tu as amené. Ne crois-tu donc pas qu'en faisant cettre publicité, et je parle de celle-ci seulement dont j'ai mentionné tout au long de mon billet car je n'ai aucunement eu connaissance de ses autres publicités soi dit en passant, que la SPCA va à l'encontre justement de l'éthique qu'elle s'est dotée? Si c'est vraiment dans le but de sauver les chats de l'euthanasie, pourquoi faire cette promotion pendant une journée seulement, et ce, en l'occasiond'une fête que l'on caractérise de fête commerciale, car ne vous détrompez pas, la Saint-Valentin est belle et bien une fête commerciale.

Il est facile de dire que grâce à cette promotion, des chats seront sauvés de l'euthanasie. Mais que savez-vous de leur sort à court et à long terme? Oui, on peut appliquer cette question en général lorsque l'on achète un animal, mais ce n'est pas le point que je souhaite soulever.

Ce n'est pas tant la promotion qui me dérange, mais comme je l'ai dit, c'est le fait qu'on l'associe à la Saint-Valentin . Automatiquement associé à une fête commerciale, où les gens dépensent pour acheter des cadeaux et que souvent en panne d'idées de cadeaux, achètent n'importe quoi. C'est pour l'unique raison que je suis contre cette promotion uniquement je le répète à l'occasion de la Saint-Valentin , et non contre les promotions de la SPCA en général ou ses façons de faire, il faut faire un peu la différence.

Blogger a dit…

Play Now: Sprinter - True Lya Lya (Psy-Trance)

Blogger a dit…

QUANTUM BINARY SIGNALS

Get professional trading signals delivered to your mobile phone every day.

Start following our trades right now & profit up to 270% daily.