mardi 4 février 2014

La vie de David Gale - La peine de mort


 En classe, nous avons abordé des sujets qui ne font l’unanimité dans la société tels que la charte des valeurs québécoises et l’aide à la mort (l’euthanasie). Ces sujets controversés m’ont fait penser au film La vie de David Gale qui aborde un autre sujet qui ne fera jamais l’unanimité : la peine de mort. L’histoire raconte la vie d’un professeur de philosophie à l’Université et militant contre la peine de mort, qui habite au Texas où la peine de mort est légale.  Sa vie bascule du jour au lendemain quand sa meilleure amie est décédée par asphyxie. Une enquête est faite et toutes les preuves prouvent que David Gale est coupable de meurtre et de viol. Quelques jours avant qu’il soit mis à mort, une journaliste, Bitsey Bloom enquête sur cette histoire et rencontre le présumé coupable pour l’interroger. Finalement, elle découvre qu’il est innocent et que sa meilleure amie, atteinte de leucémie, s’est elle-même asphyxiée et elle n’a pas été violée. Cependant, il est déjà mort quand Bloom trouve la preuve qui l’innocenterait.  


Ce film est une fiction, pourtant il démontre très bien que l’erreur est humaine et qu’elle peut condamné des gens innocents. De telles erreurs ont déjà existé et continuent de se produire. D’ailleurs, on puni le meurtre, mais on tuerait des gens pour donner justice. Ceci est contradictoire, mais en même temps très difficile à juger. Certaines personnes ont commis des actes (meurtre, viol, etc.) tellement horribles qu’on pourrait penser qu’il mérite la mort. Est-ce pour autant qu’on devrait utiliser la peine de mort comme sentence? Qui sommes-nous pour pouvoir décider de la mort d’une personne? Et vous, qu’en pensez-vous?

5 commentaires:

Valerie D. a dit…

La peine de mort a toujours été un sujet complexe et souvent tabou. Difficile, comme tu l'as dit, de pouvoir juger que quelqu'un mérite la mort ou non. Toutefois, outre l'erreur judiciaire qui est un frein à cette condamnation, il y a plusieurs raisons qui font que des gens continuent de croire que la peine de mort est l'ultime condamnation. Je ne m'avancerai pas si je suis pour ou contre, j'ai mes raisons et mes opinions sur le sujet, mais je dois dire que ce serait une erreur de penser que la peine de mort est totalement à rejeter ou à approuver. Je crois que la plupart du temps, tout part d'une réflexion éthique, comme nous l'avons vu dans le cours. L'éthique de réciprocité, forme de réflexion éthique qui désigne une règle morale dont le principe fondamental est de traiter les autres comme nous aimerions être traités, est très présente chez certains individus. Cette règle dérive d'une formulation de la Loi du Talion « ne fais aux autres que ce qu'ils t'ont fait ». Or, cette loi serait encore bien prônée comme argument fondamental des partisans de la peine de mort, car pour ceux-ci, une personne qui a tué mérite la mort, la mort étant la seule peine équitable. Cela dit, comme nous l'avons vu encore une fois dans le cours, tout dépend des valeurs qui nous ont été inculquées. En espérant avoir ouvert une autre piste de réflexion !

Valérie

Justine a dit…

J'ai aussi visionné l'excellent film La vie de David Gale. À la fin, on se rends compte que David et sa collègue avaient manigancé le faux meurtre et viol pour justement faire voir à la population l'erreur que la peine de mort exécute. Un homme innocent est décédé, c'est un acte tout à fait inacceptable. Malgré la fiction de l'oeuvre, des situations de ce genre peuvent se produire à tout moment et la seule façon d'y venir à bout est simplement de cesser cette pratique animale.

Récemment, un article de La Presse documentait que les États-Unis, en pénurie de barbituriques, pensait revenir aux méthodes de la chaise électrique et des chambres à gaz! Personne ne mérite de mourir à la chaise électrique. Il faut avancer en tant que société et non revenir à des pratiques barbares...

Valerie D. a dit…

Je crois que tout ça est du cas par cas. Vous dites que « personne ne mérite de mourir à la chaise électrique » et qu'il faut avancer en tant que société, mais peut-être changeriez vous d'avis pour le cas d'un tueur en série ou si un membre de votre famille était la victime d'un tueur? Je crois que les témoignagnes ou les expériences des gens sont souvent des arguments pour la peine de mort. Beaucoup de personnes coupables filent entre les mains du système judiciaire, autant que dans les pays qui utilisent la peine de mort comme condamnation, des personnes innocentes sont condamnées. Cela va dans les deux sens. Par contre, il faut toujours montrer de l'empathie et se demander : moi, si ça m'arrivait (que quelqu'un que j'aime soit la victime d'un meutrier), est-ce que je serais du même avis? Est-ce que la peine capitale soulagerait ma conscience ou je resterait tranquille à savoir que le coupable sortira de prison après peut-être 10 ans ou pire, qu'il filera entre les mains du système judiciaire? Un coup libéré, retuera-t-il? Et s'il avait été condamné à la peine capitale, n'aurais-je plus rien à craindre de cette personne? On dit toujours, nous sommes qui pour juger si une personne doit ou non mourir pour son acte (si elle a tué bien sûr), mais la personne qui a tué a bel et bien enlevé une vie qui ne reviendra jamais, alors pourquoi cette personne doit-elle rester en vie? Ce sont des questions qu'il faut se poser également, et savoir se mettre à la place des gens, faire preuve d'empathie et ainsi décider si cette méthode a sa place ou non. Voilà mon point de vue partagé sur le sujet.

Caroline28 a dit…

Mon commentaire dérive un peu du sujet initial mais de mon côté je crois qu'il existe une alternative entre ces deux options (peine de mort ou pas). Moins extrême que la mort, je crois que les criminels qui enfreignent les lois imposées par la société devraient se voir imposer une dette envers la société. Comment faire? Non pas la mort, cette solution est trop expéditive. Selon moi c'est une solution facile qui ne fait qu'engorger nos prisons et qui ne permettra pas au criminel de se repentir. La meilleure manière de les punir serait de les rendre utile à la société en leur faisant faire des travaux communautaires. Des tâches lourdes et répétitives mais facilement contrôlables. Voilà un meilleur moyen de prévenir la criminalité que d'offrir une belle vie aux prisonniers dans des prisons 5 étoiles ou une mort rapide et sans douleur. Sans en revenir au bagnes, je crois que des punitions de substitution existent aux crimes graves.

Maude Turcotte Lachance a dit…

La peine de mort est un sujet qui renferme beaucoup de débats. En effet, nombreuses sont les prises de position qui témoignent de toute la controverse qui fait partie de ce sujet. Quand on aborde ce sujet, ce qui me vient en aide c’est l’éthique de la punition versus la réhabilitation. Pourquoi enfermer quelqu'un à vis si le risque de récidive est faible ? Pour le punir, certes, mais la punition ne fait pas de meilleure personne. Pour ma part, je crois également que la prison peut être pour certains criminels, une « école du crime ». Nombreux sont ceux qui s’enrôlent dans la drogue et les gagnes de rue, parce qu’ils sont en prison. Il ne faut pas se faire de cachette, la prison est un lieu de violence intense et de peur chaque jour. De plus, la peine à vie provoque encore plus de souffrances psychologiques, que ce soit pour les familles des délinquants ou encore pour le détenu lui-même. Dans ce cas, lorsque je regarde cette optique, je me dis pourquoi pas la peine de mort ? La peine de mort a été abolie, dans un premier temps, et dans un deuxième temps, je ne crois pas réellement à cette technique. Malgré tout ce que le lieu carcéral renferme comme risques, je préfère toujours la peine de prison plutôt que la peine de mort. Toutefois, selon moi les prisons auraient besoin de quelques améliorations. D’abord, un maximum de surveillance et ensuite, un bon nombre de bons psychologues.