dimanche 16 février 2014

Tinder: un catalogue de superficialité


Qu'est-ce que Tinder? Une application qui prend de plus en plus d'ampleur auprès des célibataires de ce monde. Comment ça marche? Une série de profils défilent devant toi et il ne te suffit que d'aimer ou de décliner. Si la personne a aimé ta photo de profil aussi, cela crée un match qui ouvre une fenêtre où il devient possible de communiquer avec l'autre. Simple? Un peu trop. 

Pourquoi est-ce que je trouve l'application trop simple? C'est parce que pour aimer ou décliner un profil, tu ne peux que te fier aux photos que la personne a bien accepté de rendre disponible aux autres membres de l'application. Bien sûr, d'autres informations sont disponibles tels que l'âge de la personne, le nombre de kilomètres qui vous séparent, les amis et les intérêts Facebook que vous avez en commun et quand l'autre prend l'application vraiment au sérieux, une courte description de lui-même. Cependant, il reste qu'on va quand même se fier plus à la photo qu'à tout le reste pour faire un choix final. 

Tinder est donc une application de consommation abusive où l'on se fit simplement à quelques photos pour juger une personne. Il s'agit d'un grand catalogue avec la photo de personnes qu'il t'es possible de jeter au poubelle après quelques regards. Certains adorent ce concept parce qu'en obtenant des matchs, leur estime de soi en est rehaussé. De plus, contrairement à d'autres systèmes de rencontres en ligne, tu ne sais pas si tu as été rejeté ou non, alors ton ego est épargné puisque tu peux toujours te dire que l'autre personne n'a pas encore tombé sur ton profil et que c'est pour cette raison qu'il n'y a pas eu de match.

De toute façon, qui souhaite réellement rencontrer l'amour sur cette application? On se contente donc d'y « jouer » , et ce avec peu de sérieux. Pour certains, il s'agit même d'un endroit où l'on rencontre dans l'espoir de s'adonner à d'autres plaisirs ou encore de ne pas être seul l'instant d'une nuit.

Cette nouvelle application ne sert peut-être donc pas à rencontrer quelqu'un, mais sert plutôt à gonfler son propre narcissisme et sa prétention...




7 commentaires:

Benoit Bigué a dit…

Bonjour Marie-Lee,

Je crois que Tinder est une application géniale. L'idée d'un «match» sans effort est définitivement un filon qui a su plaire à la communauté branchée. Évidemment, elle comporte son lot de problèmes. Comme tu le dis, l'égocentrisme est définitivement au rendez-vous. On assiste trop souvent à un spectacle de «selfies». Mais bon..

Notre génération calcule désormais l'effort à consacrer dans tout ce qu'elle fait au quotidien. L'idée de séduire une personne attrayante en seulement quelques cliques semble définitivement plaire à une grande majorité des gens. Tinder offre seulement une plateforme pour les gens qui recherche une aventure sérieuse ou non, tout comme le fond les autres sites de rencontres.

En s'inscrivant à ce genre d'application, la personne doit comprendre qu'il s'agit d'un outil et non d'une fatalité. Et de toute façon, qui ne se base pas sur l'apparence physique comme baromètre de sélection?

Maude Turcotte Lachance a dit…

« Un catalogue de superficialité », c’est selon moi si bien dit ! La popularité de cette application ne dément pas son utilisation, Tinder est effectivement une application très utilisée parmi notre génération. Ça prouve effectivement que notre société accorde de plus en plus d’importance au physique. On voudrait bien dénoncer ce comportement et diminuer son effet négatif, mais il ne faut pas oublier qu’on juge tous par le physique. Ton article et cette application nous font prendre conscience qu’on alimente également cette façon de faire. Le simple fait que Tinder soit une application qui monte en flèche au niveau de sa popularité nous montre qu’effectivement le physique est d’une importance capitale pour plusieurs. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’en plus d’être basé sur l’apparence, Tinder facilite l’exposition de la vie privée. Le partage des photos et la mention des amis Facebook en commun avec l’abonné Tinder transmettent effectivement des données de vie privée sur l’utilisateur qui peuvent parfois lui nuire. Ce que je me dis ici, c’est à quoi bon juger physiquement quelqu’un pour trouver l’amour en plus de transmettre publiquement quelques données compromettantes ? Vraiment, je ne pense pas que tout cela soit réellement de bonne foi…

Gabrielle Lavoie a dit…

Lorsque mon frère m'a parlé de cette toute nouvelle application, j'ai fait comme pas mal tout le monde, je l'ai téléchargée sur mon téléphone. J'ai exploré un peu le fonctionnement et tenté de me créer un compte pour finalement supprimer l'application après 15 minutes d'utilisation. Il est hors de question que je laisse des inconnus juger de mon aspect physique par un simple clic. On a assez de Facebook ou d'Instagramm pour dévoiler notre vie entière, on n'a pas besoin d'une autre application de ce genre. Je trouve le fonctionnement dégradant pour les personnes. Passer en revue des photos et porter un jugement très rapide d'une personne par la simple vue de quelques photos est, selon moi, très superficiel et blessant.Si j'ai bien compris, l'application crée un « match parfait » lorsque deux utilisateurs trouvent la photo de l'un et de l'autre belle. Ils peuvent ainsi choisir d'entrer en contact et d'apprendre à se connaître. En 2014, on est de plus en plus obsédé par l'apparence physique. On essaie de redonner aux jeunes filles de la confiance en soi et de lutter contre l'intimidation. Cette application va à l'encontre de tous les projets que le gouvernement tente de mettre en place. Personnellement, je désapprouve cette application.

Éliane B a dit…

En 2014, tous les moyens sont bons pour rencontrer quelqu’un. Mon opinion à l’égard de cette application est plutôt nuancée. Je suis d’accord avec le fait que le physique est le seul critère qui «match» les individus. Par contre, je crois que chacun doit être honnête et avouer que la situation est la même dans un bar, un restaurant ou tout autre endroit où il est possible de rencontrer quelqu’un. En effet, si nous ne sommes pas attirés par la personne à première vue, les chances que ça évolue sont minces, exactement comme lorsqu’on décline quelqu’un sur Tinder. La plupart des gens téléchargent cette application simplement pour voir, mais finissent par y prendre goût. Je connais même des gens qui ont rencontré leur copain grâce à Tinder. Personnellement, je n’ai pas cette application et je ne compte pas la télécharger, mais je crois que pour certains, Tinder peut se révéler comme un bon site de rencontre.

Éliane B a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Kaven Gauthier a dit…

Ton billet de blogue est super intéressant Marie-Lee ;)

Je crois qu'il peut même nous amener à nous questionner davantage sur cette espèce d'accessibilité en quelques clics.

C'est très intéressant de constater à quel point la barrière de l'intimité et de la vie privée est en train de se réduire de façon considérable. Évidemment on peut faire le choix ou non de s'exposer dans la sphère sociale via les médias sociaux et des applications comme Tindr mais reste que les barrières deviennent de plus en plus minces. Est-ce que notre génération est en train de redéfinir les paramètres de ce qu'est «la vie privée»? Est-ce une fatalité compte tenu des nouvelles technologies de plus en plus accessibles? Personnellement je trouve absolument effrayant qu'un individu que je connaisse pas puisse m'épier et savoir le nombre de kilomètres qui nous séparent... #pensez-y. Bref pour en revenir avec Tindr, je crois qu'il s'agit tout de même d'une façon amusante et simple de rencontrer des gens sans pour autant détruire l'ego des abonnés malgré la ''creepiness'' du concept ;)

Andréanne Tremblay a dit…

Coucou Marie-Lee :)
Mon point de vue par rapport à Tinder va totalement à l'encontre du tien. D'abord, je suis d'accord avec Kaven Gauthier qui nous a si bien dit ci-haut que: "on peut faire le choix ou non de s'exposer dans la sphère sociale via les médias sociaux et des applications comme Tindr". En effet, tous ces gens qui sont contre cette application après en avoir fait la découverte (coucou Gabrielle Lavoie), n'iront tout simplement pas sur cette application. Cependant, il ne faut pas dénigrer les gens qui prennent la décision libre d'y aller et de faire des rencontres. DE NOS JOURS (comme le dirait si bien ma maman), beaucoup de choses sont superficielles et différentes de ce que jadis, elles étaient. Ou alors, la superficialité est seulement rendu plus facilement remarquable qu'elle l'était.

Qui aujourd'hui ne base pas ses critères sur l'apparence physique? Avant de connaitre une personne, on la trouve belle, attirante. Si ce n'est pas le cas, à moins qu'on aille pitié d'elle/lui, on ne voudra pas aller prendre un café/bière/crème molle/ETC. dans le but de la/le connaitre. Avec la venue de nos chers médias sociaux, ce principe de superficialité est seulement rendu plus 2.0.

De plus, pour une grande majorité des gens à qui j'ai parlé de cette application (parce que je ne suis pas sur celle-ci étant donné mon statut de femme en couple #vivelaSt-Valentin), Tinder s'apparente beaucoup plus à un jeu qu'à un site de rencontre. J'y ai moi-même passé plusieurs heures à "flipper à gauche ou à droite" des garçons sur le cellulaire de mes amies. Maintenant, la question serait-elle: est-ce moral de "jouer" avec d'autres pauvres prétendants sur Tinder? Cela pourrait maintenant devenir une belle sous-question à répondre pour les prochains.

Bonne journée!