mercredi 26 février 2014

Le physique de l'emploi

Il y a quelques semaines nous avons discuté en classe de professionnalisme civique et milieu de travail. Lors de la rédaction de mon journal de bord, je suis tombé sur un article très intéressant paru dans le magazine L'Actualité. Cet article fait mention des discriminations salariales basées sur la taille, le poids et l'apparence physique. Les résultats sont tout à fait aberrants. Sur la taille, la recherche contemporaine nous apprend que le salaire d'un homme de 6 pi dépasse en moyenne de 6% celui d'un autre homme qui a autant d'éducation et d'expérience, mais qui ne mesure que 5pi 9po - la moyenne canadienne. Il est aussi intéressant de constater qu'aux États-Unis, 30% des dirigeants des plus grandes sociétés mesurent au moins 6pi 2po et seulement 4% des Américains de sexe masculin atteignent ou dépassent cette taille. Être grand, ça paye.

Pour ce qui est du poids, le texte mentionne que l'obésité n'a presque pas d'influence sur le salaire des hommes, mais à un effet complètement opposé sur celui des femmes. «Même si elle est en aussi bonne santé et tout aussi productive au travail, une femme pesant 100 kilos gagnent 9 % de moins qu'une autre de même taille qui en pèse 70.» Être mince, c'est payant.

Quant à l'influence de la beauté physique, elle a à peu près le même impact pour les hommes et pour les femmes. Peu importe le sexe, les personnes jugées comme attirantes ou séduisantes récolteraient un salair de 7,5% plus élevé que la moyenne des salariés. À l'inverse, les personnes qui seraient moins gâtées par la beauté physique subiraient une perte de 5%. C'est donc un écart de 12,5%. Être beau, ça rapporte.

Cet article m'a fait réaliser à quel point notre société considère la beauté comme une qualité. Le domaine des communications joue particulièrement sur cet aspect pour vendre et promouvoir. Pensez-vous que notre société s'axe de plus en plus sur le superficiel? J'aimerais récolter quelques-uns de vos commentaires face à cette étude.




FORTIN, Pierre. Le physique de l'emploi. L'Actualité. Paru en février 2010. Consulté en ligne: 
http://www.lactualite.com/opinions/chronique-de-pierre-fortin/le-physique-de-lemploi/ 

2 commentaires:

France Lalande a dit…

Je trouve fort intéressant le sujet de ton écrit. Je savais que notre société accorde malheureusement trop d’importance au physique des gens, mais de là à payer plus cher les gens de grande taille et à payer moins cher les personnes obèses c’est juste ridicule. C’est aberrant de voir que la rémunération n’est pas seulement une question de compétences, mais aussi d’apparence physique. Selon l’étude que tu mentionnes, les femmes sont un peu plus touchées par ce phénomène et elles sont encore une fois moins payées que les hommes. Notre société évolue constamment, pourtant j’ai parfois l’impression qu’elle régresse davantage.

Marie-Lee Cotton a dit…

Je suis du même avis que France. Je trouve cela très malheureux de privilégier certaines personnes qui sont considérées par la société comme plus « belles », qu'une autre qui a un degré de compétences identique pour obtenir un emploi. Il n'est donc pas surprenant d'apprendre que les salaires varient eux aussi en ce sens... C'est la société en général qui devrait réagir à ce type de discrimination. Ceci soulève même une autre question dans mon esprit: pourquoi une mannequin comme Gisele Bündchen qui a été payée 42 millions en 2013 devrait-elle gagné plus qu'un médecin, par exemple? Est-ce basé sur une question de risque, d'utilité, de prestige? Sur quoi sont basées ces rémunérations si disparates entre divers métiers?