samedi 22 février 2014

Des enfants pas comme les autres

Je tenais à vous faire part d’une réalité très présente, mais que personne ne pense, car ces enfants sont souvent oubliés. Ces enfants nés, pas comme les autres, avec un retard intellectuel, soit avec une trisomie, autisme ou tout simplement différent d’un enfant dit normal. Un film québécois, Babine démontre à l’époque des années 50-60 comment  ils étaient considérés comme des enfants du démon, juste parce qu’ils étaient différents et comment ils pouvaient être rejetés. Ridicule! Malheureusement, à mon avis, ces pensées, un peu moins primitives, sont encore réelles aujourd’hui. Et pourtant ces enfants sont tellement attachants! 

Ce qui me révolte c’est que ces enfants sont repoussés par la société, car ils sont considérés comme un fardeau de celle-ci. Pourquoi le gouvernement ne mettrait-il pas leurs énergies à mettre en place un programme pour ces enfants après 21 ans? Après, cet âge les enfants plus lourdement atteints n’ont plus d’endroit où ils peuvent évolués et approfondir leur apprentissage. Le gouvernement pourrait de même aider les familles de ces enfants en les épaulant avec du soutien à domicile avec des éducatrices pour donner aux parents un répit, qui à mon avis en ont énormément besoin. Vous savez, je parle en connaissance de cause, ayant une sœur avec un retard intellectuel je vois l’envers de la médaille. Ce qui me fâche le plus je crois que c’est qu’il y a des gens qui les regardent comme si ces enfants sont des extraterrestres. Vous savez, ce sont des personnes comme les autres. La seule chose dont ils ont besoin ce sont de l’amour, un peu d’attention et un simple sourire. 

Je tiens à vous dire que ces enfants grandissent comme tout le monde, ça va de soi, mais resteront toujours des enfants dans un corps d’adulte. Je m’adresse à ceux qui ont de la difficulté ou plutôt qui ne savent pas comment réagir en présence de ces enfants, simplement prendre le temps; de les regarder, de leur donner simplement une petite attention et vous verrez ils vous apporteront plus que ne vous pensez. D’ailleurs, il ne demande rien de plus que de se faire respecter comme nous tous! Je ne veux pas que vous pensiez que je mets tout le monde dans le même bateau, mais plusieurs situations vécues dans ma vie avec ma petite sœur ont fait en sorte que j’ai été témoin de plusieurs réactions négatives des gens. Ce blogue était simplement dans le but de vous sensibiliser et de mieux vous faire connaître ces enfants si différents, mais si attachants. Pour moi, ma petite sœur est mon petit ange, qui en tant que famille, nous a donné plein d’amour, de joies, de tristesse, mais des valeurs familiales unies en béton. Je vous souhaite un jour de rencontrer sur votre chemin un enfant comme ma petite sœur.




1 commentaire:

Mathieu Turgeon a dit…

Tu as totalement raison! Moi aussi, je connais cette réalité. Ma petite soeur de 11 ans est autiste et ce qui m'a toujours frappé chez les gens, c'est leur réaction face à la différence. Oui, ma soeur crie parfois au McDo... mais ce n'est pas une raison pour la fixer du regard pour que ma mère soit mal à l'aise, elles ont autant le droit comme vous de manger une crème glacée.

Il est vrai comme tu dis qu'il devrait y avoir quelque chose après 21 ans. Même s'il y a quelques occasions de répit, ce n'est pas une vie de tout repos pour les parents, surtout dans le cas que je connais car ma mère est monoparentale et seule avec ma soeur depuis que mon autre soeur et moi avons quitté le nid familial. Pour le moment, ma petite soeur va dans une école spécialisé de Sillery, puis à 13 ans elle ira dans une autre à Charlesbourg jusqu'à 21. Mais après? Ma mère ne sera pas encore à la retraite...

Quant à ta dernière phrase... WOW! Tu as raison, tout le monde devrait connaître une personne comme ta soeur ou la mienne. Ce sont des personnes aimantes et remplies d'amour qui ont tout intérêt à ce qu'on s'attarde à eux ne serait-ce qu'un instant.