mercredi 12 février 2014

IP Tracking et la modulation des prix


J'ai trouvé cet article de Stéphanie Grammond du journal La Presse. Certains d'entre vous ne seront surement pas surpris par ces pratiques, mais moi, j'avoue qu'elles m'inquiètent. 

On sait tous que les compagnies se servent de notre historique de recherche sur internet afin de faire la promotion de produits en liens avec nos gouts et nos besoins. Une forme de ciblage a cependant fait beaucoup parler l’été dernier. Certains cybercommerçants modulent le prix des produits qu’ils vendent en fonction du profil de l’internaute. Il s’agit du IP Tracking. Cela signifie que plus un internaute visite une page, plus le commerçant augmentera le prix du produit vendu. L’internaute voyant le prix du produit qu’il convoite augmenter se sent  alors pousser à faire l’achat de celui-ci rapidement. Les cybercommerçants se servent donc de l’intérêt de l’individu pour un produit à ses dépens. Imaginer alors l’achat d’un billet d’avion, d’un forfait pour aller dans un spa ou d’un tout inclus. La tarification modulée peut même varier en fonction de l’endroit où l’internaute vit ou même selon l’appareil électronique qu’il utilise.


Selon vous, ces formes de commerces vont-elles trop loin?

mercredi 12 février 2014

http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/stephanie-grammond/201401/24/01-4731909-les-derives-de-la-publicite-sur-linternet.php 

2 commentaires:

Émilie Guérard a dit…

Je trouve cette pratique complètement absurde. Je crois que tous les consommateurs doivent être traités équitablement et ce n'est pas le cas ici. Est-ce une pratique condamnable par les lois? Je l'espère bien. Je crois plutôt que si un consommateur va fréquemment sur une page Internet, c'est qu'il apprécie la compagnie, ses produits. Donc, il faut plutôt l'encourager à acheter plutôt que le décourager avec une telle forme de pratique.

justine bouchard a dit…

Les compagnies voient probablement ça comme une façon «d’encourager» à l’achat le plus rapidement possible et non de décourager, mais je comprends tout à fait ton point. Je n’ai pas trouvé de documents très récents à propos des lois qui encadrent cette pratique, mais je peux tout de même te dire ce que j’ai trouvé. Jacques Nantel, professeur au HEC à Montréal affirme que ces pratiques n’ont rien d’illégal : "Un marchand de chaussures peut très bien n'exposer que quelques paires d'un modèle dans son magasin, pour vous faire faire croire que ce sont les dernières", observe-t-il (Rafaele Rivais, Le Monde, 2013). Aussi, dans l’article que j’avais mis en référence, Stéphanie Grammond dit que les entreprises n’avaient pas le droit de collecter les renseignements personnels des utilisateurs (La Presse, 2014). Le problème est que « votre adresse IP […] ne constitue pas un renseignement personnel » (Grammond, La Presse, 2014). En Europe, oui, mais le problème reste le même puisque bons nombres d’internautes fournissent leurs renseignements personnels (Grammond, La Presse, 2014). On accepte souvent les politiques de confidentialités sans trop s’inquiéter…

Références:

Grammond, Stéphanie. 2014. «Les dérives de la publicité sur l’internet». La Presse. En ligne. 24 janvier. http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/stephanie-grammond/201401/24/01-4731909-les-derives-de-la-publicite-sur-linternet.php Consulté le 12 février 2014.

Rivais, Rafaele. 2013. «Pourquoi les prix des trains ou des avions varient d’une minute à l’autre (fin)». Le Monde : Blogs. En ligne. 1er février. http://sosconso.blog.lemonde.fr/2013 /02/01/pourquoi-les-prix-des-trains-ou-des-avions-varient-dune-minute-a-lautre-fin/ Consulté le 17 février 2014.