lundi 10 février 2014

Le nouveau phénomène viral: #Neknomination

Un nouveau jeu d'alcool nommé Neknomination est très rapidement devenu un phénomène viral un peu partout sur la planète. Le phénomène qui aurait débuté en Australie consiste à ingurgiter le plus d'alcool possible, le plus rapidement possible et dans un contexte qui sort de l'ordinaire. Que ce soit à dos de cheval, dans un supermarché ou dans un bain, des milliers de personnes se filment à cette activité pour ensuite la publier sur leurs réseaux sociaux. Par la suite, chaque personne ayant relevé le défi doit à son tour identifier un ou deux de ces amis pour qu'ils le fassent à leur tour, et ainsi de suite. 




Depuis quelques jours, Facebook et YouTube regorgent de ces vidéos. À ce jour, déjà deux individus auraient perdu la vie suite à ce défi. L'un d'eux serait mort noyé en essayant d'ingurgiter de l'alcool dans un lac. Jusqu'à quel prix est-ce que les gens continueront de suivre ces modes qui passent? Ressent-on un sentiment à la hauteur des risques que nous prenons pour arriver à produire ces vidéos? D'autres loisirs ne pourraient pas être plus sains? Que pensez-vous de ce nouveau phénomène?

________
http://www.metronews.fr/info/neknomination-une-variante-de-binge-drinking-inquietante/mnbf!ZZqo3drBn6GCY/

3 commentaires:

Benoit Bigué a dit…

Pour ma part, j'adore ces phénomènes qui se développent à l'échelle mondiale. Il est très intéressant de suivre ces vidéos inusitées qui deviennent de véritables incontournables du web. On peut constater leur forte popularité un jour, et le lendemain c'est fini. C'est tout simplement fascinant. Le problème avec la vitrine qu'offre Internet, c'est que le mauvais contenu obtient ça place. C'est dommage. Je crois qu'il est possible de créer des phénomènes ludiques qui ne sont pas nuisibles à la santé humaine.

Bien entendu, dans le cas des Neknominations, c'est dangereux. Certains vont commettre des gestes dangereux pour obtenir un moment de gloire de la part de leur cercle social. Un ami à moi a bu ça bière d'un coup alors qu'il se tenait debout dans un traineau tiré par une voiture. On ne devrait pas encourager de telles vidéos. Malheureusement, il est impossible de demander aux internautes de partager seulement un contenu utile et sérieux.

Par contre, on peut facilement arrêter de partager ce genre de vidéos qui encouragent les gestes dangereux ou simplement néfaste pour la santé humaine. Ces tendances populaires incitent même les gens à commettre des gestes parfois illégaux au sens de la loi. Rappelons-nous du phénomène du «car surfing». Certaines personnes sont mortes pour obtenir quelques «j'aime» ou des «retweet». D'autres ont fini leur parcours en prison. Cliquerais-tu sur «j'aime» si ton frère finissait en prison pour avoir tourné une séquence où il avalait d'un trait sa bière au volant?

De toute façon, en quoi est-ce réellement un phénomène viral? Doit-on réellement pousser les limites de l'acceptable pour obtenir une certaine visibilité? Je crois que non. Calculons la portée de nos gestes. Choisissons nos combats.

Marie-Hélène Piaud a dit…


Je suis complètement d'accord avec toi. Ce genre de vidéo où l'on incite les gens à faire quelque chose de dangereux ou de stupide pour quelques « j'aime » ne devrait pas être encouragé.

Comme le dit Benoît, il est possible de tout simplement arrêter de partager ces vidéos si l'on n’est pas en accord ou tout simplement de changer la mode.

Par exemple, récemment, un étudiant a choisi de répondre à une Neknomination en offrant un repas à des sans-abris. De la même façon, il a lancé le défi à trois de ses amis. C'est tout de même une belle façon de changer les règles du jeu et de faire un geste généreux à la fois !

Geneviève Beaulieu a dit…

Je suis d’accord avec vous deux. Il est possible d’arrêter ce phénomène de Neknomination en arrêtant de partager ces vidéos de ce genre de défis de beuveries qui est complètement dangereux.

Je trouve intéressant l’exemple que tu amènes Marie-Hélène. Ce phénomène de Necknomination pourrait plutôt prendre la forme de défi d’aide humanitaire dans notre société. Cela serait effectivement une belle façon de changer les règles de ce jeu et contribuerait à faire un beau geste généreux d’entraide envers quelqu’un qui en a besoin. Je reviens à dire ce que Benoit a dit : « Choisissons nos combats »! Pensez-y!