jeudi 21 février 2013

Toujours dire la vérité aux enfants?


 En grandissant, j’ai réalisé que certaines choses avaient été enjolivées par mes parents. Qu’il s’agisse de paroles d’une chanson, d’aliments composant un met et de la mort d’un animal de compagnie. J’ai été déçue et je me suis sentie quelques fois trahie. Toutefois, j’ai conscience que ces choix avaient été faits pour mon bien ou afin de simplifier une explication qu’un enfant n’aurait pu comprendre. 

Toutefois, j’ai eu vent d’une histoire beaucoup plus grave. Je m’explique : les parents d’une de mes amies lui ont longtemps caché que sa grand-mère avait été tuée par son grand-père. C’est une vraie histoire d’horreur. Je peux très bien comprendre le choix des parents qui ont tenté de gérer la situation aux meilleurs de leur connaissance. Mais lorsque mon amie l’a apprise, elle était tellement fâchée. Fâchée de ne jamais pu en vouloir à son grand-père, fâché d’avoir été trahi par ses parents. 

Je pense également que plus l’enfant est jeune, plus il peut être difficile de répondre à ses questions sans lui faire peur sur certains sujets. Est-ce bien de cacher la nature et la réalité de l’être humain? 

Que ce soit pour des petits détails ou des informations plus personnelles et importantes, est-il bien de cacher la vérité à nos enfants?

4 commentaires:

Marylin Dion a dit…

Je crois que cela dépend toujours de la situation. Dans notre vie en général, il est pratiquement impossible de dire la vérité en tout temps, simplement parce que celle-ci peut parfois blesser inutilement les gens qu'on aime.

Quoi qu'il en soit, je crois que la majorité des parents veulent le meilleur pour leurs enfants, et que le fait de cacher une vérité ou non proviendra toujours, en général, d'une bonne intention.

Valérie Chamula a dit…

Je crois que cette question sur la vérité s’applique aussi aux adultes, malheureusement. Si les parents cachent parfois des choses trop compliquées à expliquer ou trop douloureuses (je pense moi aussi à la mort d’animaux de compagnie) à leurs enfants, ils font parfois la même chose entre eux. Le proverbe «toute vérité n’est pas bonne à dire» est connu de tout le monde. Par exemple, on ne dit pas tout ce qu’on pense d’une personne pour des raisons de morale, ou plutôt de savoir-vivre. Si nous deviens dire chaque chose que nous pensons à propos d’une personne, même si c’est vrai pour nous, le monde ne serait pas très joli… C’est pourquoi, pour pouvoir vivre en société, l’humain se créé un filtre de ce qu’il dit ou ne dit pas. Ce filtre n’est pas là naturellement, puisque les enfants en sont dépourvus. D’où le second proverbe «la vérité sort de la bouche des enfants». Finalement, je crois que la notion de vérité demeure très subjective, et que dans certains cas elle doit être utilisée avec prudence.

Audrey-AnneB. a dit…

Il est vrai que toute vérité n’est pas bonne à dire. Je me souviens que quand j’étais très jeune, j’ai parfois eu du mal à comprendre que certaines fois il fallait mentir, même si on nous disait toujours de dire la vérité. Une fois, par exemple : ma mère m’avait dit à mon anniversaire que si je n’aimais pas un des cadeaux qu’une de mes amies m’offrait, je devais faire semblant de l’apprécier pour ne pas lui faire de peine. J’imagine que cela doit être dur pour un parent de faire la part des choses et d’expliquer à un enfant qu’il doit toujours être honnête, sauf dans certains cas. L’histoire de ton amie est assez troublante. J’ai du mal à m’imaginer apprendre cette nouvelle. J’ignore si elle l’a appris récemment, mais si c’est le cas, je trouve la décision de ses parents un peu mauvaise. C’est sûr qu’il n’y a pas de « bon » moment pour avouer ce genre de vérité. Par contre, elle aurait dû le savoir plus tôt, lorsqu’elle aurait atteint une certaine maturité. C’est frustrant pour elle d’avoir vécu aussi longtemps dans le mensonge. Elle a sans doute donné beaucoup d’amour à son grand-père, pour finalement se rendre compte qu’elle ne pouvait accepter le genre de personne qu’il était. Mais je comprends aussi que les parents devaient, dans un certain sens, la protéger.

Joris SYLVIE a dit…

Cacher la vérité n'est jamais bien. Surtout à ses enfants. Je ne suis pas d'accord avec le dicton '' tout vérité n'est pas bonne à dire''. Il est vrai que certaines choses peuvent être douloureuses, mais il faut trouver le courage et surtout la bonne manière de les dire. Parce que la vérité éclate toujours, elle est faîte pour être dévoilée tôt ou tard. Quand on regarde autour de nous, il y a toujours des gens qui gardent des secrets et d'autres qui s'acharnent à les découvrir. Dans l'histoire ce fut pareil. Même certaines choses que l'on découvre sur des gens morts depuis de siècles, on trouve important de les mentionner pour rétablir la vérité.
Cacher des choses à ses enfants c'est s'exposer à risque à une vérité qui nous rattrapera à l'improviste. Certains enfants sont trop jeunes pour comprendre et encaisser mais ils doivent être mis au courant dès que cela est possible et c'est le devoir du parent de trouver la bonne façon pour parler à son enfant.
Mentir à son enfant est dangereux, même les petits mensonges du genre ''les bébés naissent dans les choux'' car tôt ou tard l'enfant apprendra la vérité (surtout cette génération iY avec l'aide du net) et saura que vous lui avez délibérément menti. Les enfants apprennent de leur parents, prennent exemple sur eux et veulent leur ressembler. Alors c'est naturellement qu'il n'hésitera pas à mentir dans d'autres circonstances car il trouvera cela normal. C'est la même chose pour la violence, les injures, etc.