mercredi 13 février 2013

200$ pour lui interdire d'aller sur Facebook

En surfant ici et là sur Internet, le titre d'un article a retenu mon attention : « un père paye sa fille pour qu'elle n'aille pas sur Facebook ». Le père de la jeune Américaine de 14 ans, accro à Facebook, lui a promis de lui remettre 200 $ si elle ne visitait pas Facebook pendant 5 mois.

Mon opinion là-dessus se divise en deux volets. Premièrement, je crois que s'il fait ça c'est que sa fille passait la majeure partie de son temps, comme plusieurs jeunes, sur Facebook et qu'il trouvait ceci abusif. Peut-être aussi que si sa fille s'expose beaucoup sur Facebook, il craint qu'elle se fasse voler son identité ou qu'elle se fasse approcher par des gens louches. Je crois également que ce n'est pas normal de payer son enfant pour qu'il respecte un règlement. Si la jeune fille passe toutes ses soirées sur le Web et que son père décide de lui interdire, pourquoi elle devrait lui obéir seulement s'il la récompense ? Je me demande si les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas d'autres passes-temps que de s'exposer sur les réseaux sociaux et de regarder la vie virtuelle de leurs amis.

Deuxièmement, je crois que l'avancement des technologies a fait en sorte que les habitudes des gens ont changé. Les technologies font partie de la vie des adolescents et c'est pour eux une façon de s'exprimer. Les médias sociaux peuvent leur permettre d'avoir un espace intime, à l'abri de leurs parents. Ça leur permet de s'exprimer grâce aux blogues ou de s'exprimer en publiant des photos ou autres. Aussi bizarre soit-il, je crois que les adolescents ont maintenant le besoin d'exposer leur vie sur les médias sociaux. Ils ont besoin de montrer ce qu'ils portent, ce qu'ils font, ce qu'ils mangent, etc.

Est-ce que les parents des adolescents devraient réglementer leur utilisation des médias sociaux ? Si oui, comment le faire ? En leur promettant une récompense... peut-être.


Maryse Lamontagne


Source : http://www.01net.com/editorial/586657/un-pere-paye-sa-fille-pour-quelle-naille-pas-sur-facebook/
Source image : https://www.google.ca/search?q=acrro%20facebook&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&hl=fr&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=A9wbUcrvOLK60AHV-oHIBg&biw=1296&bih=702&sei=B9wbUaPsO_CB0QG-zoH4Cw#imgrc=fGhDlnq6JuxiqM%3A%3BPMgm9JcSvgcyKM%3Bhttp%253A%252F%252Fwww.radiocontact.be%252FGED%252F00070000%252F70400%252F70428.jpg%3Bhttp%253A%252F%252Fwww.radiocontact.be%252Fpage%252Faccro-a-facebook-faites-le-test-radio-contact%252F598.aspx%253Fblogitemid%253D3545%3B612%3B395


2 commentaires:

Charlène Gobeil a dit…

Je trouve le sujet de ton article très intéressant. En effet, pour ma part, je pense qu'il est abusif de payer son enfant pour ne pas qu'il utilise Facebook. Je crois que les parents doivent être en mesure de trouver un juste milieu, c'est-à-dire, par exemple de faire en sorte que leur enfant ne passe pas leur soirée entière sur les réseaux sociaux. ll est important pour un jeune de s'exprimer sur ceux-ci et de les connaitre. Aujourd’hui, en 2013, les réseaux sociaux peuvent être une source d’information et permettent de rester en contact avec certaines personnes. Comme dans tout, cependant, il faut être capable de ne pas abuser et je pense que le parent est là justement pour réussir à trouver une solution. Payer son enfant par exemple n’est pas la bonne. Cela peut monter à l’enfant qu’en échange d’argent, il peut éviter de faire certains comportements, alors que ce n’est pas une bonne façon d’éduquer un enfant. La modération serait une meilleure solution tout simplement.

Marie-Odile Cliche a dit…

Je suis, pour ma part, en accord avec plusieurs commentaires émis par vous deux. Tout d’abord, le père de la jeune fille devait vraiment être tanné de voir sa fille sur l’ordinateur pour vouloir lui donner un montant d’argent. Encore là, nous ne connaissons pas la fille ni la relation qu’elle a avec son père. Peut-être que la seule façon que son père pense «gagner» les sentiments de sa fille c’est en l’achetant. Peu importe la raison, je pense comme toi Charlène que ce n’est pas la bonne façon. Je sais que lorsque nous avions 14 ans Facebook n’existait pas, mais il y avait d’autres sites Internet sur lesquels j’aurais pu passer des heures. Mais pour être franche, à 14 ans je revenais de l’école et je jouais dehors avec des amis. J’avais des pratiques ou des parties de soccer ou de la danse, bref je faisais autre chose que passer ma vie devant la télévision ou l’ordinateur. Ce n’est pas un secret pour personne que les jeunes d’aujourd’hui préfèrent rester cloîtrés chez eux. Un exemple qui a été frappant pour moi est lorsque mon copain et moi sommes allés visiter ma marraine, mon parrain et mon cousin en Ontario il y a de cela deux étés. Nous avions décidé que nous irions passer une journée à Canada’s Wonderland avec mon cousin de 12 ans. Lors du jour J, ce dernier a dit à ma marraine qu’il préférait passer la journée à jouer à tuer des zombies avec un ami (qui lui jouait de chez lui) sur son jeu vidéo plutôt que de nous accompagner dans les manèges. Je peux vous dire que si un de mes cousins ou cousines avait fait 6 heures d’auto pour venir me voir et qu’il/elle proposait de m’amener à Canada’s Wonderland, j’aurais été la fille de 12 ans la plus heureuse du monde! Les temps changent, on dirait.