jeudi 14 février 2013

Imposer ses valeurs écologiques : pour ou contre ?

De nos jours, une grande partie de la consommation est axée sur le développement durable et les produits écologiques. Lorsque nous faisons nos achats domestiques par exemple, on retrouve sur les tablettes la version dite « originale » et la version « écologique ». Nous avons souvent l'opportunité de faire des choix « verts », mais est-ce une mode, est-ce une façon de vendre, est-ce que ça fait une différence? Possiblement que de près ou de loin, vous connaissez quelqu'un qui prône le développement durable et qui se voue à respecter l'environnement chaque jour. Pour ma part, j'ai vécu plusieurs fois des situations où les valeurs écologiques d'une personne affrontaient mes valeurs « écologiques à temps partiel » !

Il m'est arrivé de recevoir cette personne pour le souper. Il m'a souligné que j'utilisais beaucoup trop de papiers essuie-tout et que je devrais utiliser une serviette. Il m'a aussi dit que mon oiseau domestique serait surement mieux dans son pays d'origine en pleine liberté et que de garder en captivité des oiseaux était anormal.

Suite à ces paroles, je me suis questionnée sur mes habitudes de consommation. J'en suis venue à la conclusion que je ne faisais peut-être pas ma part en utilisant des papiers essuie-tout, mais je la fais d'autres façons. Puis pour l'oiseau, je crois que même si je ne l'avais pas acheté quelqu'un d'autre l'aurait fait... Après ces réflexions, mon opinion sur son comportement s'est affirmée. Je crois que quelqu'un qui a de fortes valeurs écologistes ne doit pas imposer son choix à d'autres personnes surtout s'il se trouve CHEZ la personne ne question. Également, personnellement, je trouve ça irrespectueux de commenter les habitudes de consommation d'une personne de cette façon.

Peut-être aussi que la personne ne fait pas ça pour m'embêter, mais pour tenter de m'inculquer ses valeurs. Chez moi, c'est l'effet contraire qui se produit.

Et, évidemment, chaque fois que je prends un papier essuie-tout j'ai une pensée pour lui !

Maryse Lamontagne

2 commentaires:

A. Gaudreault a dit…

Je suis du même avis que toi. En effet, au fond, son intention n'était peut-être pas de changer complètement ton comportement, mais de bel et bien avoir une influence sur tes actions et tel a été le résultat. Maintenant, tu penses à cette personne à chaque fois que tu fais une action "reprochable" côté environnemental.

Personnellement, je ne me considère aucunement comme écologique. Je crois cependant qu'il y a un certain milieu à avoir en tant que citoyen responsable. Être l'avocat du diable et juger chaque personne qui ne tri pas ou consomme trop est exagéré pour ce juste milieu. La moindre des choses, selon moi, est de récupérer ce que nous pouvons récupérer (canettes, plastique, carte, métaux, ...) puisque, soit dit en passant nous sommes chanceux qu'au Québec cela se fasse.

J'ai travaillé dans le domaine de la restauration en Australie et j'ai eu de la difficulté à réaliser qu'à chaque fois je devais jeter chaque cannette et/ou bouteille de bière utilisée. De la véritable négligence venant de la part d'un pays industrialisé qui a les moyens et les ressources nécessaires à la récupération. C'est inacceptable!

Chaque pays, chaque province et chaque personne se doit tout de même d'avoir une sérieuse réflexion sur cette question pour assurer une qualité de vie aux générations futures.

Stéphanie Guay-Larochelle a dit…

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ton billet, car la situation que tu as vécue avec ton ami m’est arrivée dernièrement sauf que c’était moi qui faisais la « morale » à deux de mes collègues de travail.

Sans être une manique de l’environnement, j’essaie du mieux que je peux, chaque jour, de poser quelques gestes pour respecter l’environnement. Par exemple, j’imprime seulement lorsque c’est nécessaire, je ne jette pas de papiers à la poubelle, je recycle et je composte, j’éteins les lumières lorsque je quitte une pièce, etc. Bref, mes valeurs écologiques ne me montent pas à la tête, j’essaie juste de faire le minimum. Cependant, lorsque je vois des personnes jeter volontairement du papier dans la poubelle, comme cela a été le cas pour deux de mes collègues la semaine dernière, je ne me gêne pas pour leur faire remarquer que leur geste n’est pas correct. Mon but n’était pas de leur faire la morale, mais bien de les sensibiliser de faire plus attention, tout comme ton ami a essayé de faire avec toi. Toutefois, je trouve qu’il a beaucoup exagéré avec toi, entre autres, avec l’histoire de ton oiseau domestique. C’est gentil de sa part de vouloir te transmettre ses valeurs écologiques et essayer de te sensibiliser à la cause, mais je trouve cela dommage qu’il l’a fait de cette manière, en plus chez toi.

Je suis d’accord avec toi pour affirmer que quelqu’un qui a des valeurs extrêmement écolos ne devrait pas trop les imposer lorsqu’il n’est pas chez lui. Même si ton ami n’a vraiment pas utilisé la meilleure méthode pour te sensibiliser, il a tout de même réussi à te faire réfléchir à tes habitudes de consommation, ce qui est un bon début!

Donc selon moi, je suis d’accord qu’il faut imposer ses valeurs écologiques, mais avec parcimonie, après tout, la modération a bien meilleur goût.