lundi 2 avril 2012

Vandalisme contre la hausse!


Vous avez probablement entendu parler ce matin du vandalisme créé à la façade du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). La première chose à laquelle j’ai pensé en voyant cela était : quelles sont les limites que nous nous devons de nous imposer pour transmettre un message efficacement?

On ne se le cachera guère, en agissant de la sorte, on se met davantage le public à dos. N’étant pas du tout notre objectif principal, pourquoi faire de tel acte? Bien entendu, ce genre de geste est posé par des personnes qui n’ont pas nécessairement consulté la majorité avant d’agir. Malheureusement, bien que ce soit une proportion minime des personnes manifestantes qui ont posé cet acte, la population a tendance à généraliser. Il ne faut jamais oublier que malgré le fait que la hausse ne soit pas souhaitée pour une majorité des étudiants, le vandalisme est quelque chose d’illégal.

Nous voilà donc, étudiants, manifestants et vandalismes. C’est triste à dire, mais le message, à savoir le refus de la hausse de scolarité, n’a aucunement passé...

Pour apporter davantage d’informations, je vous invite à lire le paragraphe qui suit. Ce texte se trouve à être une partie d’un commentaire émis à la suite de cette nouvelle :

« Les appuis aux étudiants venant des contribuables diminuent, car ils ne reçoivent plus que 49 %. Il y a aujourd'hui 2 Québécois sur 3 qui en ont leur claque des étudiants et de leurs demandes et de leurs actions. Alors c'est sûr que pour les étudiants les plus engagés ça commence à sentir la colère et l'humiliation et ces simples sentiments peuvent occasionner des gestes imbéciles comme ceux faits ces jours-ci. »

Bien que les statistiques ne soient pas vérifiables, j’ai trouvé intéressant de voir le point de vue d’un citoyen. Tel que prévu, peu de gens apportent leur soutien à ce type d’acte, puisqu’en plus d’engendrer une perte de temps, cela coutera des sous à la ville.

L’objectif d’une grève est de transmettre le plus efficacement notre position sur un sujet, allier la population à notre cause et réussir à « changer la balance ». Malheureusement, avec cet acte, la balance n’est pas en notre faveur!

 Référence:
Cyberpresse. 2012. « Les bureaux du MELS peinturés de rouge à Montréal» http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/04/02/001-peinture-rouge-batiment-mels-fullum.shtml. Consulté le 2 avril 2012

1 commentaire:

Vanessa Paradis a dit…

Voici d'autres actes de vandalisme survenus à Alma par des étudiants en faveur de la hausse:

http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/actualites/201204/02/01-4511678-vandalisme-cours-annules-a-alma.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_saguenaylac-st-jean_547_section_POS2