vendredi 31 janvier 2014

Pauline Marois dénie toute entente avec la FTQ


Les scandales à la commission Charbonneau ne cessent d’éclater depuis déjà un bon moment. Tout récemment, les médias nous ont révélé une possible entente qui aurait été conclue entre le conjoint de Pauline Marois et la FTQ. La première ministre du parti québécois a bien vite démenti ces affirmations, assurant que les relations établies entre son mari et la FTQ relevaient strictement d’un « partenariat d’affaires ».  Pourtant, un enregistrement accablant impliquant Michel Arseneault, ex-dirigeant de la FTQ-Construction Jean Lavallée et la première ministre du Québec a été entendu à la Commission Charnonneau. Ce dernier faisait référence au « deal » entre le mari de Pauline Marois et son conjoint.

Ce scandale n’est pas le premier à survenir et il m’amène à me questionner sur la société et ses valeurs en général. Nos gouvernements nous demandent d’agir en tout honnêteté, mais je ne crois pas qu’ils nous donnent le meilleur exemple. Il est vrai qu’il doit être, en effet, très tentant pour certaines personnes d’accepter les pots de vins et les privilèges lorsque la situation financière est plus difficile. Mais comment se sent-on en agissant de la sorte? On ne doit pas se sentir particulièrement bien et en accord avec soi-même. Par ailleurs, doit-on accepter toutes les possibilités qui s’offrent à nous dans le cadre de notre travail? Quelles limites sont à ne pas dépasser? Et en vertu de quelles valeurs?

1 commentaire:

Valerie D. a dit…

Très intéressant ton post Karine. Je suis d'accord avec toi. Par contre, il faut se le dire, tant que l'argent mènera le monde, il y aura toujours de la malhonnêteté partout. Je comprends ton point de vue sur la question, et je dois dire que c'est dommage, comme tu dis, qu'on nous demande, ou même impose, d'agir en toute honnêteté (payer nos impôts par exemple) pour qu'au bout du compte, c'est nous qui sommes victimes de malhonnêteté. Je trouve intéressant ta réflexion, notamment lorsque tu te questionnes sur le côté éthique de la chose, et comment ces gens vivent avec les gestes malhonnêtes qu'ils posent. Je crois sincèrement que tous est dans les valeurs qu'ils prônent, mais aussi, selon leur définition du bien et du mal. Il y a certaines personnes que pour elles, poser des gestes malhonnêtes (dépendant de leur gravité) ne change absolument rien pour elles, et pour d'autres personnes, la conscience morale parle davantage et ceux-ci ont des remords ou des regrets. Certains ont leurs gestes sur leur conscience toute leur vie, et pour d'autres, c'est oublié le lendemain. Mais effectivement, je me demande moi aussi où s'en va notre société et quelles en sont ses véritables valeurs.... À voir